Etre victime
C’est bien moins pire
Que d’être coupable

Une Victime peut s’enfuir
On ne peut s’échapper
A soi-même

Victime Culpabilité
Réflexe comme un cri

Une victime peut fuir
Coupable d’être soi,
La seule issue
Est de s’accepter
Puis de changer.

Etre victime
C’est bien moins pire
Que d’être coupable
Sauf quand
La victime
Se sent coupable
Et devient
Coupable

Education, soutien,
Qu’est-ce qui peut libérer
Ce duo
De victime et coupable ?

Aurianne Or

My very hungry caterpillar


Belly: https://aurianneor.tumblr.com/post/158844435030/belly

J Crois qu y a des enfants qu’habitent chez moihttps://aurianneor.tumblr.com/post/172128760370/j-crois-qu-y-a-des-enfants-quhabitent-chez-moi

Black Green Red Bluehttps://aurianneor.tumblr.com/post/178138344680/black-green-red-blue

Healthy Nutella: https://aurianneor.tumblr.com/post/159532347580/healthy-nutella-plus-la-qualité-des-produits-est

Hearthttps://aurianneor.tumblr.com/post/164512932185/heart-these-perfect-parents-on-facebook-are

Dinosaur on the road:  https://aurianneor.tumblr.com/post/168470874870/dinosaur-on-the-road-oh-there-is-still

To waste: https://aurianneor.tumblr.com/post/177370347555/to-waste

Fight food wastehttps://aurianneor.tumblr.com/post/167238702645/fight-food-waste-buy-only-what-you-need-invent

I suppose love is an act of couragehttps://aurianneor.tumblr.com/post/173708927475/i-suppose-love-is-an-act-of-courage

Richhttps://aurianneor.tumblr.com/post/167085456080/rich-it-was-a-beautiful-day-and-the-scenery-was

Inviting friends for dinnerhttps://aurianneor.tumblr.com/post/164397870211/inviting-friends-for-dinner

Rencontrehttps://aurianneor.tumblr.com/post/158547908670/rencontre

Gris

Education à ce qu’est la dépression, pour une meilleure compréhension de ce que vivent les victimes, pour que les victimes comprennent mieux ce qui leur arrive 

Education about what depression is, for a better understanding of what victims are going through, so that victims better understand what is happening to them


Gris Review – The Color of Hope – Switch EraSwitch Era: https://switchera.net/2018/12/gris-review-color-hope/

Test de Gris sur Switch : quand le jeu raconte le deuil, cela donne cette pépite incontournable – Pop culture – Numeramahttps://www.numerama.com/pop-culture/450825-test-de-gris-sur-switch-quand-le-jeu-raconte-le-deuil-cela-donne-cette-pepite-incontournable.html
https://www.google.fr/amp/s/www.numerama.com/pop-culture/450825-test-de-gris-sur-switch-quand-le-jeu-raconte-le-deuil-cela-donne-cette-pepite-incontournable.html/amp

Prince William and Jacinda Ardern discuss mental health at Davos 2019: https://youtu.be/8yHqctvMtEM

A Mommy look

“Do I look like a chair, or a bed?
Do I look like a coat rack?
Is my back small enough for your school bag?
Do I look like a kangaroo that can carry its young all the time?
Does my hair look like tissues?
Do I look like a garbage can?
Do my clothes look like a towel?
What are you twisting my nose at, do I look like a teddy bear?
Does my belly look like a horn louse that makes Prroutt?
Do I look like I collect umbrellas?
Do I look like an encyclopedia? Or google?

But good mother! I must look really weird? »

“No, you’re the most beautiful mother ever! »

“Especially the most practical!!! »

Aurianne Or

Un air de Maman

« Est-ce que je ressemble à une chaise, ou à un lit ?
Est-ce que je ressemble à une porte-manteau ?
Mon dos est-il assez petit pour ton cartable ?
Est-ce que je ressemble à un kangourou qui peut porter ses petits tout le temps ?
Est-ce que mes cheveux ressemblent à des mouchoirs ?
Est-ce que je ressemble à une poubelle ?
Est-ce que mes vêtements ressemblent à une serviette ?
Qu’est-ce que tu me tords le nez, est-ce que je ressemble à une peluche ?
Est-ce que mon ventre ressemble à un pouet cornet qui fait Prrououtt ?

Est-ce que j’ai l’air de collectionner les parapluies?
Est-ce que je ressemble à une encyclopédie ? Ou à google ?

Mais bonne mère ! Je dois vraiment avoir l’air bizarre ? »

« Mais non, t’es la plus belle des Mamans ! »

« Surtout la plus pratique !! »

Aurianne Or

License on the Red Planet – A science fiction story

Clementine woke up suddenly. She had dreamt that she was on the Red planet again, the planet where she was born. She was still considered a citizen of this planet, not of the Planet Brown for which she had left everything. As she couldn’t pay for extra luggage, she had arrived five years ago now with a small suitcase full of natural cosmetics. That was it, her project to build her new life. She had opened her store, then when she had finished filling out immigration papers, finding an apartment and her place in the local business; her husband and children had joined her. She had felt a certain eagerness to do so, no longer tolerating the fact that her family was still living on the Red Planet. Now that she had understood the impact of the bluein, she would never go back.

Why were all these thoughts from the past resurfacing like this? The reason was simple, and she knew it. He had to renew his driving licence and the administration on Brown had refused to do so. She therefore had to return not to her home planet, but to her native one. Everything had been arranged for her to live with her cousin. Her feelings were mixed; they got along so well in childhood, they had stuck together in difficult times but her cousin kept admiring the bluein and Clementine couldn’t stand it.

And all because of her knee! No traffic licence without a valid knee. This was the rule on the Red Planet. This rule was completely obsolete, since on the Planet Brown, no one was driving while pressing on the pedals. The driving assistance took care of everything, with human control only there to reassure them. Robots had made it possible to limit pollution; it was now almost non-existent, and have a more fluid traffic. On average, everyone got to their destination easily and much faster than before. The accidents had become anecdotal. It made the event when it happened, and everyone talked about it.

The pro-techno had to respect the natural part of the planet and had managed to reach ridiculous levels of pollution, quite close to zero. The pro-naturalists respected the inventions and robots of the industrial part. Finally, there were even mixtures. Some take this and others take that.

On Planet Brown, the inhabitants had the courage to rebuild a new society. There were some in favour of robotization and others in favour of maintaining nature. They had reached an agreement where the robotic company rose in cities from skyscrapers and protected the rest of it as nature parks. This allowed for traditional agriculture and livestock breeding where cattle were treated in a decent way and a state-of-the-art robotization. After much debate, they had reached an agreement. Fifteen years ago, no one would have thought they could do it because the debates on bluein were so heated. But in the end, there were quite a few solutions that suited both parties. Fruit and vegetable management was automated; the robots had been trained in traditional techniques. The transports resembled a continuous blood flow where each module, like a red blood cell, found its place harmoniously. Toxic products had been banned. The inhabitants of the Planet Brown could hardly believe it, but it worked. Of course, there were exceptions, but people who had immigrated, from different backgrounds and backgrounds, had done so because they believed in the project. Their values, their common project, brought them together and this had given rise to a peaceful society. When everyone is working towards the same goal….

To do this, it was necessary to put an end to hierarchies, otherwise the interest of one could have taken over the whole. They had not fought them. It was useless. They had simply set up a parallel system based on cooperatives where everyone could express themselves and vote equally. And these cooperatives had eventually invaded the market, and therefore the decisions. Of course, some hierarchical structures remained. There were not many of them, and after all this made it possible to reassure the most cautious ones before they threw themselves into the water.

But the Red Planet continued to use the old pedal cars… And you needed a valid knee to drive them… Indeed, during that time, the Red Planet was overcrowded and strict laws had been passed against robots. Environmental measures had been thrown into oblivion and replaced by propaganda which promoted the effects of pollution.

Her husband turned around and opened his eyes:

“Hello, my love” and then he yawned and stretched his whole body. “So, this is the big day, right? »

"Yes,” Clementine replied briefly.

“How long have you been awake? Not too stressed? »

"Oh, you know me. I’m fed up with it. But we do have to go. »

Her husband had to stay to watch over the shop but the children, being on holiday, would come with her. "It will do them good to see how it is elsewhere. It’s always a learning experience,” he commented. And Clementine did agree with him.

When she had lived on other planets, in her youth, she had learned so much. Then she had been trained and taught. She thought that all these good ideas taken here and there would be beneficial to all. This is because she had forgotten that, although rejection, at the beginning, is necessary for any learning, categorical rejection offers only one alternative to the teacher: to abandon his ideas considered weird or to be rejected. Of course, there were some who learned and others who rejected, but it was clear that on the Red Planet, the rejection was massive.

In addition, most of his students looked like chicks waiting for the beak. How could she teach them citizenship and democracy that she had seen work so well on other planets in that context? How could they be taught to learn by themselves?

First of all, the name alone was ridiculous. The inhabitants continued to call the Red Planet a planet where all life had turned blue because of the accumulation of bluein, an industrial waste that had never been treated. Tradition is useful, but it is only a toolbox from which one may choose elements in order to improve things. Not that tight and… ridiculous… straitjacket where you force yourself to be colorblind like the others.

Even the parents of the school and Clementine’s superiors did not accept her. The few who agreed with her kept quiet but she saw their eyes shining at the thought that she could succeed. She did not want to disappoint this minority, but you can lead horses to water but you can’t make them drink, let alone when they have power. She had her husband and children; and even though it was hard she had left everything behind; and she had gone to live with people who wanted to live like her. We only have one life. The inhabitants of the Red Planet would understand when they were ready. At least, she secretly hoped so….

Her thoughts were interrupted by the landing. The trip had been pleasant outside of the Bluegrass country music that was always on and that gave her the Blues. “But the advantage of travelling at night is that the children are asleep,” she meditated. “Here we are! The Red Planet…… All blue…”

She typed a number on her console and her pair of shoes arrived in the box designed for this purpose. She looked at her shoes. These machines were so effective! Her leather shoes shone so brightly as they had been so well polished and the comfort was at its best. Yes, it was true. She did not wear these new models with innovative and high-performance materials. After all, on Planet Brown, natural methods had been found to increase leather performance; and the result in terms of permeability, comfort, respect for personal characteristics was almost equivalent. And then, after all, they were only shoes. She liked the look of leather. Its beauty. She would look at her shoes when she was waiting. It was like a portable work of art, which evolved over the course of the day. Leather was never the same. And then she also liked to think that she was helping to finance measures to maintain livestock treated in a decent way, in semi-liberty in natural parks and supervised by robots which looked after their well-being and health, among other things. She told herself this, every time she passed in front of a field of these new cattle with thick skin and a snout full of fresh grass.

When she arrived on the Red Planet, her cousin and daughter Violette blamed her for her strange shoes and forced her, with endless recommendations she could not interrupt, to wear shoes with innovative but blue textiles. The children, for their part, were delighted at the idea of having new pairs of sneakers. She ended up putting them on while bitterly regretting it. She knew that her cousin and daughter, living there, did not have the freedom to wear leather shoes. When a human being undergoes absurd rules, he relieves his stress by subjecting others to them, and perpetuating them at the same time…

Socrates said to the young man who wants to learn philosophy that he must know that he knows nothing or that what he knows is nothing. It was believed that they were kept in the dark to accept bluein. But it wasn’t that. It was the inhabitants themselves who voted for representatives who kept them in their false beliefs and reinforced them by adding theses that went in their direction just because they refused to look at their past mistakes. They still preferred the prison of ignorance to the freedom, health and personal responsibility that accompany them. Clementine remembered that, in the past, she had to vote for representatives. It was for her, like writing a blank check. How did you know what this person was going to do?

“It’s absurd,” thought Clementine. “They dig their own graves, and they are satisfied.” But she still gave in and put on the shoes, to have peace. An illusory peace, but a peace anyway. At least she wouldn’t force anyone to wear shoes…… Especially someone with a knee problem!

Her cousin and daughter had no robotic modules or tricycles. A car. Oh, my God! Did Clementine still know how to drive them? She preferred to walk to the prefecture. She felt the pollution entering her nose, she saw the blue grass, which had become the most widespread urban plant. Where was the diversity of plants she was used to seeing, even in the city? Her cousin had kindly offered to babysit the children. She was grateful but also worried. Were they going to eat blue candy? Were they going to play on one of those blue trash piles you see everywhere? Clementine thought it would have been better if she had sent them to summer camp… She had forgotten how much one could not escape the bluein. Or maybe it had gotten worse?

When she arrived at the prefecture and after waiting half an hour, she presented the complete file she had filled out on the Planet Brown. Everything was there, knee x-ray, general health information with accurate measurements, vision and hearing tests and even a driving test she had passed. She specified that she would only circulate on the Planet Brown. The official did not even open the file.

“Go to office 4 and get a ticket. A doctor will see you now. »

She took her ticket. There were 20 people before her. If he spends 15 minutes per patient, which already seems fast to assess someone’s state of health, it would be 5 hours… There must have been something…

Indeed, the number changed every 5 minutes. So, she waited a good hour and then a beep sounded and it was her turn.

She presented the complete file she had filled out on the Planet Brown and he cut her off.

"Are you ill? "he asked.

Clementine thought it would be better to say "no”.

“Why are you here?”

“To renew my driver’s license. I am enjoying a visit to my family."she felt like adding.

"Well, if you don’t mind, I’ll focus on filling out your form. »

She may have waited three minutes and then was shown the door. A stamp from the administration and it was done! What were these people for? How did they feel when they came home at night? How could they bear to apply absurd rules and do dirty work just because they didn’t have time?

"Stop torturing yourself,” thought Clementine, “you will never understand the Red Planet.

When she got back to her cousin’s, she saw her tidying up the groceries. She had so many closets! So much space wasted. Why this obstinacy not to use robots? She told them about her robot that arranged everything in a column in the floor separator and managed stocks according to what was being used. This also contributed to the good sound insulation between the floors. She never heard from her neighbors. And with her terrace converted into a garden, it was like a house. Just on the 54th floor. But the barriers were perfectly safe… There were plenty of emergency slides and parachutes. There were even nets every 10 floors. And then, the gardens, it had been a revolution on the Planet Brown because there was almost no more waste of food….

Her cousin replied that it was necessary to maintain the jobs of the garbage collectors who had very respectable jobs….

She took industrial dishes, one per person, and put them in the particle accelerator. It was the new name that industrialists had found for microwaves. Everyone on the planet had been re-equipped, to their great benefit and also to the benefit of the waste dumps where the old microwaves were languishing.

Clementine opened the prepared dish; there were blue spots.

"It’s to replace sugar, they use bluein; there’s no more diabetes since we use it. You see, we are also innovating on our planet! "commented the cousin.

This measure had eliminated diabetes from the planet…. No one knew about this disease anymore. On the other hand, many had additional organs. It didn’t seem to be a problem, on the contrary, the inhabitants found it practical… Clementine couldn’t believe it.

She pretended not to be hungry and prayed, yes, Clementine could be irrational too, so she prayed that her children would not like the dish and that they would not ask for it again!

"And it’s good too,” added Violette, the cousin’s daughter…..

“Tomorrow, I’ll cook,” Clémentine suggested to her hosts.

The next day, Clementine got up late, around 11am. Her cousin was really nice to take care of the kids like that. She had left her a note:

“Hi! We’re at the park. Can you prepare the salad, please? Bizzz. Bleuenn”

Bleuenn grew the salad on her roof. Clementine had a hard time choosing the most beautiful one. The salad was green, that was nice, but spotted with blue. The sink being congested; Clementine decided to wash the dishes. She opened a cupboard to store the plates. It was so crowded that three packets of cookies and blue dust fell on her head. Clementine smashed to pieces a pack of cookies that were attacking her after performing a Karate gesture. Clementine was surprised that her defensive reflexes were still there. She also felt reassured. When you consider that for two hundred years, apart from a few traditional dojos, karate had been based on boxing; a barbaric and competitive sport.

“But that’s not possible! ”, she thought, “We can still use a minimum of robotics! A personal automatic dispenser is not bad. This saves space while the machine stores everything optimally in the floor separator. And it would avoid fighting with the food… Here, that’s the thing. The salad…. »

Clementine sorted the salad leaves and then thought that there was not much left of it, once the blue parts were removed.

Her cousin arrived then.

"Oh! Thank you for the dishes. What did you do with the salad?! There are almost none left…” she asked disappointed. Then, while taking off the children’s coats, she added:

“Why don’t you dye your hair in a nice color. There are plenty of them. Indigo, turquoise, azurine, majorelle, cyan, Cobalt, slate, tiffany, blue? »

Clementine wondered if it was provocation.

"You know I run a natural cosmetics store? »

"Yes, so what?”

“It is not possible to blind oneself in this way…” enraged Clementine. “It means that plants and other natural products are used to dye hair. Moreover, herbal medicine, which has made a leap in terms of effectiveness, and natural products are more effective in many cases than industrial products… and they respect the environment. »

"But the one which is cyan is made of urban bluegrass….. It’s natural…”

Clementine was speechless and silent. She no longer wanted to communicate at all. Anyway, she knew four other languages that she used to speak to people who knew what was natural and what was not…..

“What have you done with the cookies? You know, they don’t fall from the sky; we work hard! We can’t afford to waste salads and cookies like that…”

Clementine told herself that after all, literally, the cookies had almost fallen from the sky…..

“Violette is working right now, and you’re wasting…” she added.

She was talking about the waste of her small budget, of course. She wasn’t thinking about the impact on her planet. Her consumption of industrial ready meals represented a gulf of waste of raw materials used and also pollution. She had decided not to worry about it, to blind herself. Clementine thought of her garden, in her tower, with her robots preparing fresh and seasonal dishes for her.

“Your daughter is a waitress in a small spaceship. She is bowing down to people all day long and is only thirteen years old. What exactly are you teaching her? »

"To live together. You have to keep smiling and find ways to live with everyone. That is the right thing to do. »

Clementine thought she was very lucky. She didn’t have to bow down the strongest, those who could afford a ticket in a small spaceship were the most powerful. But Clementine would not have to send her children to work so young. The cooperative system of the planet Brown allowed everyone to cooperate according to their means, and contrary to popular belief; when this idea was put in place, a ton of new ideas had arrived. Everyone was listened to when they had an idea to improve things; decisions were made collectively, after debate. This was certainly a consequence of an educational system that listened to students, of advanced medicine, including psychological and psychiatric medicine, and of the fact that votes, whether at the global level or at the level of cooperatives, were taken on the initiative of citizens (a petition signed by 3% of the population was required to be able to request the referendum) and it was always a question of voting for ideas. Surprisingly, it worked. Probably because everyone had an interest in making co-ops work because their incomes and well-being depended on it. And it was a widespread idea that by working for the common good, one could improve one’s own standard of living. It had to be said that this planet had one of the best living conditions compared to others, so it must have been true. Of course, there were free-riders. The psychologists were taking care of them. Sometimes they were considered disabled, sometimes the psychologist helped them to find a place in this society; and to better understand it.

"You know neither democracy nor freedom,” added bitter but neutral Clementine, because she did not want to attack her cousin.

“Of course I do! We have just voted for the new president of the Red Planet and he has reduced working time by 2 hours. See, we’re going to have more freedom! »

The children then took over in the conversation.

"Mom, why does Bleuenn have eleven fingers? "Sonny asked.

Clementine didn’t know what to say.

"Because it’s more convenient, I can do more…”

“I want a third eye, like the gentleman in the park,” added Alba, “to see better.”

"Don’t worry, darling. I’ll see to it that you see more clearly than he does. »

Then they began to talk about the countries and capitals of the Red Planet.

Clementine’s son’s name was Sonny. She really liked that name. He was a real ray of sunshine, that boy. Besides, he was well cared for on the Planet Brown. A robot was constantly taking care of him and there had been an intervention on his genes. And Alba, her daughter, so pure and white! Finally, those who submitted to the Red Planet were much more closed to the outside world and in their bubble than Sonny who was autistic. She knew that he was opening himself to the world and that he would be free.

Sonny: What about the others? Now that I’ve fulfilled my purpose, I don’t know what to do.

Detective Del Spooner: I think you’ll have to find your way like the rest of us, Sonny. That’s what Dr. Lanning would’ve wanted. That’s what it means to be free.

I robot (2004)



Aurianne Or


Pour lire cette histoire en français, cliquez ici: https://aurianneor.tumblr.com/post/178817034225/permis-sur-la-planète-rouge-une-histoire-de


Bluegrass country music: Flatt & Scruggs – Keep on the Sunny Side: https://youtu.be/jCbhM_Ud3YA

Foot massage à กาญจนบุรี: https://aurianneor.tumblr.com/post/166876296355/foot-massage-à-กาญจนบ-ร-soffrir-un-massage-des


Homme à barbe: https://aurianneor.tumblr.com/post/166258001410/homme-à-barbe

Riche: https://aurianneor.tumblr.com/post/173797489620/riche-cétait-une-belle-journée-et-le-paysage

How Juliette met Shakespeare: https://aurianneor.tumblr.com/post/162083312555/how-juliette-met-shakespeare


Toulouse: https://aurianneor.tumblr.com/post/160848281930/toulouse

Théâtre de rue: https://aurianneor.tumblr.com/post/161128273180/théâtre-de-rue

Dinosaure sur la route: https://aurianneor.tumblr.com/post/168470355765/dinosaure-sur-la-route-ah-il-faut-quand-même

Explosion Volcanique : https://aurianneor.tumblr.com/post/168251271985/explosion-volcanique-oh-non-quel-désastre

Gender-Le genre: https://aurianneor.tumblr.com/post/158649518000/gender-le-genre

Retournons-nous: https://aurianneor.tumblr.com/post/185834980780/retournons-nous-retournez-vous-et-prenez-une

Turn: https://aurianneor.tumblr.com/post/185904858185/turn-look-back-and-take-a-picture-of-the-earth

Permis sur la planète rouge – Une histoire de science-fiction

Clémentine se réveilla d’un bond. Elle avait encore rêvé qu’elle était sur la planète rouge, où elle était née. Elle était toujours considérée comme citoyenne de cette planète, et non de la planète Brown pour laquelle elle avait tout laissé. Comme elle ne pouvait pas payer pour un supplément bagage, elle était arrivée, il y a de cela cinq ans maintenant, avec une petite valise, pleine de produits cosmétiques naturels. C’était ça son projet pour construire sa nouvelle vie. Elle avait ouvert son magasin, puis quand elle avait fini de remplir les papiers d’immigration, de trouver un appartement et sa place dans le commerce local ; son mari et ses enfants l’avaient rejoint. Elle avait senti un certain empressement à le faire, ne supportant plus que sa famille vive encore sur la planète rouge. Maintenant qu’elle avait compris l’impact de la bluein, elle ne reviendrait plus en arrière.

Pourquoi toutes ces pensées du passé refaisaient-elles surface ainsi ? La raison était simple, et elle le savait. Il lui fallait renouveler son permis de circulation et l’administration sur Brown avait refusé de le faire. Il lui fallait donc retourner non pas sur sa planète de cœur, mais sur sa planète natale. Tout avait été arrangé pour qu’elle réside chez sa cousine. Ses sentiments étaient mitigés ; elles s’entendaient tellement bien dans l’enfance, elles s’étaient tenues les coudes dans les moments difficiles mais sa cousine persistait à admirer la bluein et Clémentine n’arrivait pas à le supporter.

Et tout ça à cause de son genou ! Pas de permis de circulation sans genou valide. Telle était la règle sur la planète rouge. Règle complètement obsolète, puisque sur la planète Brown, plus personne ne conduisait en appuyant sur des pédales. L’assistance à la conduite s’occupait de tout, le contrôle par l’humain n’étant là que pour les rassurer. Les robots avaient permis de limiter la pollution ; elle était désormais quasi-inexistante, et de fluidifier le trafic. En moyenne, tout le monde se rendait facilement à sa destination, et bien plus vite qu’autrefois. Les accidents étaient devenus anecdotiques. Cela faisait l’évènement et quand cela arrivait, tout le monde en parlait.

Les pro-techno se devaient de respecter la partie naturelle de la planète et avaient réussi à atteindre des niveaux de pollutions ridicules, assez proches de zéro. Les pro-naturalistes respectaient les inventions et les robots de la partie industrielle. Finalement, il y avait même des mélanges. Certains prenant ceci et d’autres cela.

Sur la planète Brown, les habitants avaient eu le courage de reconstruire une société nouvelle. Il y avait des partisans en faveur de la robotisation et d’autres du maintien de la nature. Ils étaient parvenus à un accord où la société robotisée s’élevait dans des villes de des gratte-ciels et avaient protégé sous forme de parcs naturels le reste de celle-ci. Cela permettait une agriculture traditionnelle et des élevages où le bétail était traité de manière décente et une robotisation à la pointe. A force de débats, ils étaient arrivés à une entente. Il y a de cela quinze ans, personne n’aurait pu penser qu’ils puissent y arriver tant les débats sur la bluein étaient houleux. Mais finalement, il y avait pas mal de solutions qui convenaient aux deux partis. La gestion des fruits et légumes étaient robotisées ; les robots ayant été formés aux techniques traditionnelles. Les transports ressemblaient à un flux sanguin continu où chaque module, tel un globule rouge, trouvait sa place harmonieusement. Les produits toxiques avaient été interdits. Les habitants de la planète Brown avaient du mal à le croire mais c’était pourtant bien le cas, ça fonctionnait. Bien sûr, il y avait des exceptions, mais les personnes qui avaient immigrés, d’origines et d’horizons différents l’avaient fait car elles croyaient au projet. Leurs valeurs, leur projet commun, les rassemblaient et cela avait donné naissance à une société paisible. Quand tout le monde œuvre vers le même objectif…

Pour cela, il avait fallu mettre fin aux hiérarchies, sans cela l’intérêt d’un seul aurait pu prendre le dessus sur l’ensemble. Ils ne les avaient pas combattus. Cela ne servait à rien. Ils avaient simplement mis en place un système parallèle à base de coopératives où chacun pouvait s’exprimer et voter à égalité. Et ces coopératives avaient finies par envahir le marché, et donc les décisions. Bien sûr, quelques structures hiérarchisées subsistaient. Elles n’étaient pas nombreuses, et après tout cela permettait de rassurer les plus frileux avant qu’ils se jettent à l’eau.

Mais la planète rouge, elle, continuait d’utiliser les anciennes voitures à pédales… Et il fallait un genou valide pour les conduire… En effet, pendant ce temps-là, la planète rouge était surpeuplée et des lois strictes avaient été passées contre les robots. Les mesures environnementales avaient été jetées aux oubliettes et remplacée par une propagande qui vantait les mérites des effets de la pollution.

Son mari se retourna et ouvrit les yeux :

« Bonjour mon amour » puis il bailla et s’étira de tout son corps. « Alors, c’est le grand jour ? »

« Oui », répondit brièvement Clémentine.

« Tu es réveillée depuis longtemps ? Pas trop stressée ? »

« Oh, tu me connais. Ça me saoule. Mais il faut bien y aller. »

Son mari devait rester pour veiller sur la boutique mais les enfants, étant en vacances, viendraient avec elle. « Ça leur fera du bien de voir comment c’est ailleurs. C’est toujours riche d’enseignement » avait-il commenté. Et Clémentine était bien de son avis.

Quand elle avait vécu sur d’autres planètes, dans sa jeunesse, elle avait tant appris. Puis, elle avait suivi une formation et avait enseigné. Elle pensait que toutes ces bonnes idées prises par ici et par là seraient profitables à tous. C’est parce qu’elle avait oublié que, bien que le rejet, au départ soit nécessaire à tout enseignement, le rejet catégorique ne propose qu’une alternative à l’enseignant : abandonner ses idées jugées saugrenues ou être rejeté. Bien sûr, il y en avait certains qui apprenaient et d’autres qui rejetaient mais il était clair que sur la planète rouge, le rejet était massif.

De plus, la majorité de ses élèves ressemblaient à des oisillons qui attendaient la becquée. Comment dans ces conditions pouvait-elle leur enseigner la citoyenneté et la démocratie qu’elle avait vues fonctionner si bien sur d’autres planètes ? Comment leur apprendre à apprendre par eux-mêmes ?

Déjà, rien que le nom était ridicule. Les habitants continuaient à appeler la planète rouge une planète où toute forme de vie était devenue bleue à cause de l’accumulation de bluein, un déchet industriel qui n’avait jamais été traité. La tradition est utile, mais ce n’est qu’une boîte à outil dans laquelle on peut piocher pour améliorer les choses. Pas ce carcan serré et … ridicule … où l’on se force à être daltonien comme les autres.

Même les parents de l’école et ses supérieurs hiérarchiques ne l’acceptaient pas. Le peu qui était d’accord avec elle se taisaient mais elle voyait leurs yeux briller à l’idée qu’elle puisse réussir. Elle ne voulait pas décevoir cette minorité, mais on ne peut pas donner à boire à des ânes qui n’ont pas soif, encore moins quand ils ont le pouvoir. Elle avait son mari et ses enfants ; et même si c’était dur elle avait tout laissé ; et elle était partie vivre avec des gens qui voulaient vivre comme elle. On n’a qu’une vie. Les habitants de la planète rouge comprendraient quand ils seraient prêts. Du moins, elle l’espérait secrètement…

Ses pensées furent interrompues pas l’atterrissage. Le voyage avait été agréable en dehors de la Bluegrass country music qui passait en permanence et qui lui donnait le Blues. « Mais l’avantage de voyager de nuit, c’est que les enfants dorment », songea-t-elle. « Ça y est ! La planète rouge…. Toute bleue… »

Elle tapa un numéro sur sa console et sa paire de chaussure arriva dans la boîte conçue à cet effet. Elle regarda ses chaussures. Quand même ces machines étaient efficaces ! Ses chaussures en cuir brillaient tant elles avaient été bien lustrées et elles étaient d’un confort optimal. Oui, c’était vrai. Elle ne portait pas ces nouveaux modèles aux matières novatrices et performantes. Après tout, sur la planète Brown, des méthodes naturelles avaient été trouvées pour augmenter les performances du cuir ; et le résultat en termes de perméabilité, confort, respect des particularités individuelles était quasi-équivalents. Et puis, après tout, ça restait des chaussures. Elle aimait l’aspect du cuir. Sa beauté. Elle regardait ses chaussures dans les moments d’attente. C’était comme une œuvre d’art portative, qui évoluait au fil de la journée. Le cuir n’était jamais pareil. Et puis aussi elle aimait à se dire qu’elle participait au financement des mesures du maintien du bétail traité de manière décente, en semi-liberté dans des parcs naturels et supervisés par des robots qui s’occupaient de leur bien-être et de leur santé, entre autres. Elle se le disait à chaque fois qu’elle passait devant un champ de ces nouveaux bovidés à la peau épaisse et au museau plein d’herbe fraîche.

Arrivée sur la planète rouge, sa cousine et sa fille Violette lui reprochèrent ses chaussures bizarres et elles l’obligèrent, à coup de recommandations infinies où elle ne pouvait pas en placer une, à porter des chaussures aux textiles novateurs mais bleus. Les enfants eux, étaient ravis à l’idée d’avoir de nouvelles paires de baskets. Elle finit par les mettre tout en le regrettant amèrement. Elle savait que sa cousine et sa fille, vivant là, n’avaient pas la liberté de pouvoir porter des chaussures en cuir. Quand un être humain subit des règles absurdes, il décharge son stress en les faisant subir aux autres, et les perpétuant du même coup….

Socrate disait au jeune homme qui veut apprendre à philosopher doit savoir qu’il ne sait rien ou que ce qu’il sait n’est rien. On croyait qu’ils étaient maintenus dans l’ignorance pour accepter la bluein. Mais ce n’était pas ça. C’était les habitants eux-mêmes qui votaient pour des représentants qui les maintenaient dans leurs fausses croyances et les confortaient en ajoutant des thèses qui allaient dans leur sens juste parce qu’ils refusaient de regarder leurs erreurs passées. Ils préféraient encore la prison de l’ignorance à la liberté, la santé et la responsabilité personnelle qui les accompagnent. Clémentine se rappela qu’autrefois, elle devait voter pour des représentant. C’était pour elle, comme faire un chèque en blanc. Comment savoir ce que cette personne allait faire ?

« C’est absurde », pensa Clémentine. « Elles creusent leur propre tombe, et en plus, elles sont satisfaites ». Mais elle céda quand même et enfila les chaussures, pour avoir la paix. Une paix illusoire, mais une paix quand même. Au moins, elle, elle n’obligerait personne à porter des chaussures…. Surtout quelqu’un avec un problème au genou !

Sa cousine et sa fille n’avaient ni module ni tricycle robotisés. Une voiture. Mon dieu ! Clémentine savait-elle encore les conduire ? Elle préféra marcher jusqu’à la préfecture. Elle sentit la pollution lui entrer par le nez, elle vit l’herbe bleue, qui était devenue la plante urbaine la plus répandue. Où était la diversité des plantes qu’elle avait l’habitude de voir, même en ville ? Sa cousine avait gentiment proposé de garder les enfants. Elle était reconnaissante mais inquiète aussi. Est-ce qu’ils allaient manger des sucreries bleues ? Est-ce qu’ils allaient jouer sur un de ces tas de déchet bleus qu’on voit partout ? Clémentine se dit qu’elle aurait mieux fait de les envoyer en camp de vacances… Elle avait oublié à quel point on ne pouvait pas échapper à la bluein. Ou peut-être que ça s’était empiré ?

Arrivée à la préfecture et après avoir attendue une demi-heure, elle présenta le dossier complet qu’elle avait rempli sur la planète Brown. Tout y était, radio du genou, information sur la santé générale avec des mesures précises, tests de vue et d’audition et même une épreuve de conduite qu’elle avait réussie. Elle précisa qu’elle ne circulerait que sur la planète Brown. Le fonctionnaire n’ouvrit même pas le dossier.

« Allez au bureau 4 et prenez un ticket. Un médecin va vous recevoir. »

Elle prit son ticket. Il y avait 20 personnes avant elle. S’il passe 15 min par patient, ce qui paraît déjà rapide pour évaluer l’état de santé de quelqu’un, cela fait 5 heures… Il devait y avoir un truc…

Effectivement, le numéro changeait toutes les 5 minutes. Elle attendit donc une bonne heure puis un bip retentit et se fut son tour.

Elle présenta le dossier complet qu’elle avait rempli sur la planète Brown et il lui coupa la parole.

« Etes-vous malade ? » demanda-t-il.

Clémentine se dit qu’il valait mieux dire « non ».

« Pourquoi êtes-vous ici ? »

« Pour renouveler mon permis de conduire. Je profite d’une visite à ma famille. » se sentit-elle d’ajouter.

« Bon, si vous le permettez, je vais me concentrer pour remplir votre formulaire. »

Elle attendit peut-être trois minutes puis fut expédiée. Un coup de tampon de l’administration et le tour était joué. A quoi servaient ces gens ? Comment se sentaient-ils en rentrant le soir ? Comment pouvaient-ils supporter d’appliquer des règles absurdes et de faire du sale boulot juste parce qu’ils n’avaient pas de temps ?

« Arrête de te torturer », pensa Clémentine, « tu ne comprendras jamais la planète rouge ».

Une fois rentrée, elle vit sa cousine ranger les courses. Elle avait tellement de placards ! Que d’espace de perdu. Pourquoi cette obstination à ne pas utiliser de robots, Elle leur parla de son robot qui rangeait tout en colonne dans le séparateur d’étage et qui gérait les stocks en fonction de ce qui était utilisé. Cela participait aussi à la bonne isolation phonique qu’il y avait entre les étages. Elle n’entendait jamais ses voisins. Et avec sa terrasse aménagée en jardin, elle était comme dans une maison. Juste au 54ème étage. Mais les barrières étaient parfaitement sûres… Il y avait des toboggans d’urgence et des parachutes à gogo. Il y avait même des filets tous les 10 étages. Et puis, les jardins, ça avait été une révolution sur la planète Brown car il n’y avait presque plus de gaspillage de nourriture….

Sa cousine lui répondit qu’il fallait bien maintenir les emplois des éboueurs qui avaient des emplois très respectables….

Elle prit des plats industriels, un par personne, et les mit dans l’accélérateur de particules. C’était le nouveau nom que les industriels avaient trouvé pour les micro-ondes. Tout le monde sur la planète s’était rééquipé, à leur plus grand profit et aussi au profit des déchetteries où les vieux micro-ondes croupissaient.

Clémentine ouvrit le plat préparé ; il y avait des taches bleues.

« C’est pour remplacer le sucre, ils mettent de la bluein ; il n’y a plus de diabète depuis qu’on l’utilise. Tu vois, nous aussi on innove sur notre planète ! » commenta la cousine.

Cette mesure avait fait disparaître le diabète sur la planète… Plus personne ne connaissait cette maladie. Par contre, nombre étaient ceux qui avaient des organes supplémentaires. Ça n’avait pas l’air de poser de problème, au contraire, les habitants trouvaient cela pratique… Clémentine n’en revenait pas.

Elle prétexta ne pas avoir faim et pria, oui, Clémentine pouvait être irrationnelle elle-aussi, donc elle pria pour que le plat ne plaise pas à ses enfants et qu’ils n’en redemandent pas !

« Et en plus c’est bon », ajouta Violette, la fille de la cousine….

« Demain, je cuisine », proposa Clémentine à ses hôtes.

Le lendemain, Clémentine se leva tard, vers 11h. Sa cousine était vraiment sympa de s’occuper des enfants comme ça. Elle lui avait laissé une note :

« Salut ! Nous sommes au parc. Peux-tu préparer la salade STP? Bizzz. Bleuenn»

Bleuenn faisait pousser la salade sur son toit. Clémentine eut beaucoup de mal à choisir la plus belle. La salade était verte, ça c’était chouette, mais tachetée de bleue. L’évier étant encombré; Clémentine décida de faire la vaisselle. Elle ouvrit un placard pour ranger les assiettes. Il était tellement bondé que trois paquets de biscuits ainsi que de la poussière bleue lui tombèrent sur la tête. Clémentine réduit en miettes un paquet de biscuits qui l’assaillait après avoir effectué un geste de Karaté. Clémentine était étonnée que ses réflexes de défense soient toujours là. Elle se sentit rassurée aussi. Quand on pense que pendant deux cents ans, en dehors de quelques dojos traditionnels, le karaté s’était calqué sur la boxe ; sport de barbare et de compétition.

« Mais ce n’est pas possible ! », gambergea-t-elle, « On peut quand même utiliser un minimum de robotique ! Un distributeur personnel c’est pas mal. Cela permet de gagner de la place tandis que la machine stocke tout de manière optimale dans le séparateur étage. Et ça éviterait de se battre avec la nourriture… Tiens, justement. La salade… »

Clémentine la tria les feuilles puis se dit qu’il n’en restait plus grand-chose, une fois les parties bleues enlevées.

Sa cousine arriva alors.

« Oh ! merci pour la vaisselle. Mais qu’as-tu fait avec la salade ?! Il n’en reste presque plus… » demanda-t-elle déçue. Puis, tout en enlevant les manteaux des enfants elle ajouta :

« Pourquoi tu ne te teintes pas les cheveux dans une belle couleur. Il y en a plein. Indigo, turquoise, azurin, majorelle, cyan, Cobalt, ardoise, tiffany, bleut ? »

Clémentine se demanda si c’était de la provocation.

« Tu sais que je tiens une boutique de cosmétiques naturels ? »

« Oui, et alors ? »

« C’est pas possible de s’aveugler de cette manière … » enragea Clémentine. « Ça veut dire que ce sont des plantes et autres produits naturels qui servent à teinter les cheveux. D’ailleurs la phytothérapie, qui a fait un bond en termes d’efficacité, et les produits naturels sont plus efficaces dans pas mal de cas que les produits industriels… et ils respectent l’environnement. »

« Mais celui qui est cyan est fait avec de l’herbe bleue urbaine…. C’est naturel… »

Clémentine resta bouche bée et se tût. Elle n’avait plus du tout envie de communiquer. De toute façon, elle connaissait quatre autres langues qui lui servaient à parler à des gens qui savaient ce qui était naturel et ce qui ne l’était pas….

« Qu’as-tu fait avec les biscuits ? Tu sais, ils ne tombent pas du ciel ; nous, on travaille dur ! On ne peut pas se permettre de gaspiller des salades et des biscuits comme ça… »

Clémentine se dit qu’après tout, littéralement, les biscuits lui étaient presque tombés du ciel….

« Violette est en train de travailler, là en ce moment-même, et toi tu gaspilles… » ajouta-t-elle.

Elle parlait du gaspillage de son petit budget, bien sûr. Elle ne pensait pas à l’impact sur sa planète. Sa consommation de plats préparés industriels représentait un gouffre de gaspillage de matières premières utilisées et aussi de pollution. Elle avait décidé de ne pas s’en soucier, de s’aveugler. Clémentine pensa à son jardin, dans sa tour, avec ses robots qui lui préparaient des plats frais et de saison.

« Ta fille est serveuse dans un petit vaisseau spatial. Elle s’écrase à longueur de journée et elle n’a que treize ans. Qu’est-ce que tu lui apprends au juste ? »

« A vivre ensemble. Il faut garder le sourire et trouver les moyens de vivre avec tout le monde. C’est ce qu’il faut faire. »

Clémentine se dit qu’elle avait beaucoup de chance. Elle n’avait pas à s’écraser devant les plus forts, ceux qui pouvaient se payer un billet dans un petit vaisseau spatial étaient bien les plus puissants. Mais Clémentine n’aurait pas à envoyer ses enfants travailler si jeunes. Le système de coopérative de la planète Brown permettait à chacun de coopérer en fonction de ses moyens, et contrairement aux idées reçues ; quand cette idée avait été mise en place, une tonne d’idées nouvelles étaient arrivées. Chacun était écouté quand il avait une idée pour améliorer les choses ; les décisions étaient prises collectivement, après débat. Cela était certainement une conséquence d’un système éducatif à l’écoute des élèves, d’une médecine de pointe y compris au niveau psychologique et psychiatrique et du fait que les votes, que ce soit au niveau de la planète ou au niveau des coopératives, se faisaient à l’initiative des citoyens (il fallait une pétition signée par 3% de la population pour pouvoir demander le référendum) et il s’agissait toujours de voter pour les idées. Etonnement, cela fonctionnait. Probablement parce que tout le monde avait intérêt à ce que les coopératives fonctionnent puisque leurs revenus et leur bien-être en dépendaient. Et c’était une idée répandue qu’en travaillant pour le bien commun, on améliorait son propre niveau de vie. Il fallait dire que cette planète avait une des meilleures conditions de vie que les autres, donc ça devait sûrement être vrai. Bien sûr, il y avait des resquilleurs. Les psychologues s’occupaient d’eux. Parfois ils étaient considérés comme invalides, parfois le psychologue les aidait à retrouver une place dans cette société ; et à mieux la comprendre.

« Tu ne connais ni la démocratie, ni la liberté », ajouta Clémentine amère mais sur un ton neutre car elle ne souhaitait pas attaquer sa cousine.

« Bien sûr que si ! Nous venons à peine de voter pour le nouveau président de la planète rouge et il a réduit de 2 heures le temps de travail. Tu vois, on va avoir plus de liberté ! »

Les enfants prirent alors le dessus dans la conversation.

« Maman, pourquoi Bleuenn elle a onze doigts ? » demanda Sonny.

Clémentine ne sut que dire.

« Parce que c’est plus pratique, je peux faire plus de chose… »

« Moi, je veux un troisième œil, comme le monsieur au parc » ajouta Alba, « pour mieux y voir ».

« Ne t’inquiète pas, ma chérie. Je veillerai à ce que tu y vois plus clair que lui. »

Puis ils se mirent à parler des pays et des capitales de la planète rouge.

Le fils de Clémentine s’appelait Sonny. Elle aimait beaucoup ce nom. C’était un vrai rayon de soleil ce garçon. Et puis, il était bien soigné sur la planète Brown. Un robot s’occupait de lui en permanence et il y avait eu une intervention sur ses gènes. Et Alba, sa fille, tellement pure et blanche ! Finalement, ceux qui se soumettaient sur la planète rouge étaient bien plus fermés au monde extérieur et dans leur bulle que Sonny qui était autiste. Elle savait qu’il s’ouvrait au monde et qu’il serait libre.

Sonny: What about the others? Now that I’ve fulfilled my purpose, I don’t know what to do.

Detective Del Spooner: I think you’ll have to find your way like the rest of us, Sonny. That’s what Dr. Lanning would’ve wanted. That’s what it means to be free.

I robot (2004)

Aurianne Or



To read this story in English, click here: https://aurianneor.tumblr.com/post/178856676755/license-on-the-red-planet-a-science-fiction/embed


Bluegrass country music: Flatt & Scruggs – Keep on the Sunny Side: https://youtu.be/jCbhM_Ud3YA 

Foot massage à กาญจนบุรีhttps://aurianneor.tumblr.com/post/166876296355/foot-massage-à-กาญจนบ-ร-soffrir-un-massage-des

Homme à barbe: https://aurianneor.tumblr.com/post/166258001410/homme-à-barbe

How Juliette met Shakespeare: https://aurianneor.tumblr.com/post/162083312555/how-juliette-met-shakespeare

Théâtre de rue: https://aurianneor.tumblr.com/post/161128273180/théâtre-de-rue

Dinosaure sur la route: https://aurianneor.tumblr.com/post/168470355765/dinosaure-sur-la-route-ah-il-faut-quand-même


Explosion Volcanique : https://aurianneor.tumblr.com/post/168251271985/explosion-volcanique-oh-non-quel-désastre

Retournons-nous: https://aurianneor.tumblr.com/post/185834980780/retournons-nous-retournez-vous-et-prenez-une

Turn: https://aurianneor.tumblr.com/post/185904858185/turn-look-back-and-take-a-picture-of-the-earth

Their black eyes, my black rings,
Green with rage,
She hit them again.
He had another tantrum.
Calm down, you’re bright red.
Give me a hug, a little less abrupt,
I don’t want to have blue bruises.

Everyone has their own opinion
Benevolent or not,
On children with special needs.
« Honey, don’t play with them, you’ll scare them. »
« No, don’t invite this one, she’s too difficult. »
« He’s the terror of the class. »
« The neighbour can no longer go to the park, her son throws sand in the eyes of the other children. »
« No, sorry, find another hairdresser. I don’t want to cut off his ear. »
« Why do you buy everything on the Internet? »
« It will pass with age. »
« You have to be very firm, to set strict boundaries, even when they are very young. »
« He attempted suicide, can you believe it, he is 12 years old? »
« They must be exorcised. »
« Can you leave work to go to the meeting? This is important. »
« You’re on the verge of burnout. Work stress is combined with stress at home. »

What about the experts? Their opinion?
« Well, it’s been two years now that we’ve been seeing each other on a weekly basis, now he’s gotten used to me; he’s playing with the toys in the office. »
The least we can say is that he is shy…
« You know, there are two out of three who don’t make it and end up in alcohol or worse. And, what do you think we should do? »

Yes to open science,
Yes to better training and specialization of doctors,
Yes to the popularization of medical knowledge,
Yes to individual and accessible special education,
Yes to the universal basic income, to reduce everyone’s stress and reduce mental collapse.
Yes to the support of children and parents.

Aurianne Or

Pour lire ceci en français, cliquez ici: https://aurianneor.tumblr.com/post/178135985285/noir-vert-rouge-bleu

Leurs yeux noirs, mes cernes noires,
Verte de rage,
Elle les a encore tapés.
Il a encore fait une crise
Calme-toi, tu es rouge vif.
Fais-moi un câlin, un peu moins brusque,
J’ai pas envie d’avoir des bleus.

Chacun y va de son avis
Bienveillant ou non,
Sur les enfants à besoins spéciaux.
« Chéri, ne joue pas avec eux, tu vas leur faire peur. »
« Non, celle-là, ne l’invite pas, elle est trop difficile. »
« C’est la terreur de la classe. »
« La voisine ne peut plus aller au parc, son fils jette du sable dans les yeux des autres enfants. »
« Non, désolée, trouvez un autre coiffeur. Je ne veux pas lui couper l’oreille. »
« Pourquoi t’achètes tout sur Internet? »
« Ça passera avec l’âge. »
« Il faut être très ferme, bien les cadrer, déjà tout petits. »
« Il a fait une TS, tu te rends compte, à 12 ans ! »
« Il faut les désenvouter. »
« Peux-tu quitter le boulot pour aller au rendez-vous ? C’est important. »
« Vous êtes au bord du burn out. Le stress du travail se cumule au stress à la maison. »

Et les experts ? Leur avis ?
« Bon, ça maintenant deux ans qu’on se voit sur une base hebdomadaire, maintenant il s’est habitué à moi ; il joue avec les jouets dans le cabinet. »
Le moins qu’on puisse dire est qu’il est timide…
« Vous savez il y en a deux sur trois qui ne s’en sortent pas et qui finissent dans l’alcool voire pire. Et vous, qu’est-ce que vous pensez qu’il faut faire ? »

Oui à l’open science,
Oui à une meilleure formation et spécialisation des médecins,
Oui à la vulgarisation des connaissances médicales,
Oui à l’éducation spécialisée individuelle et accessible,
Oui au revenu universel de base, pour diminuer le stress de chacun, et réduire le déclenchement des maladies.
Oui au soutien des enfants et des parents.

Aurianne Or

To read this in English, click here: https://aurianneor.tumblr.com/post/178138344680/black-green-red-blue