Blank page

Not having ideas, but having a pen…

Like a hammer looking for its nail
The pen is looking for his words.
Silence. The blank page.
“I have to do well”, a thought that censors me…
To defeat it is to regain freedom of speech
Which we all need.

Change activities?
No, no, no, nothing to do.
The pen makes eye in eye with the one who has the pen.

Like in a dance, they look for each other.
Like in a dance, ideas cradle,

The brain of the one with the eye and the ideas.
Like a dance, every well thought-out word
Like a dance, every step fits well.

Victory, that’s it!

He takes the pen
And the paper
Words will be able to twirl around
And draw their little swirls
On the page
Blank?

Aurianne Or

Arrête avec la nouvelle,
Tu te crois grandie par ce qu’elle t’apprend,
Tu crois qu’elle est une bonne béquille,

Un prétexte pour jouer aux marionnettes avec les gens.

Mais la croix de contrôle finira par prendre feu
Et par te brûler les doigts.
Tu te crois forte
Alors que tu es bien plus victime
Que ceux que tu crois contrôler.

La malveillance,
Elle te détruira à petits feux.
Et il n’y aura plus personne pour te pleurer.
La nouvelle, elle s’en lavera les mains,
Elle s’envolera comme la blanche colombe
Du magicien.

La bienveillance paie beaucoup plus,
Crois-moi,
C’est le morceau de choix.
Si tu t’affranchis de tes liens
Tu tiendras mieux debout.

La nouvelle, elle ne m’a rien fait, à moi
Une égratignure peut-être ici ou là,
Voilà tout.
Et pourtant,
Elle a bien essayé.

Même si parfois, je tends la main
A qui pourrait la gratter,
Voire l’écorcher,
Comme je suis bien entourée,
Les bobos ont peu de place dans ma vie
Et les croûtes sont vite oubliées.

La bienveillance t’ouvrira les portes,
D’une solidarité qui te donnera

L’ équilibre.

 

Aurianne Or