Is that a yack? The Lama scene
That’s the title the editor gave to one of The Aviator’s most brillant scenes

What are the comments about it?

Some are angry,
How can you not know how to spell lLama
While it is shown in the movie,
without realizing yack is not spelt right either.

Many just remind that the spelling is not right.

The vast majority doesn’t make a fuss about it.

Why is spelling so important?
Those who complain,
All admit understanding what was written.
Why do they want spelling to stop evolving?

A language is not dead
When it evolves.
How many friends of mine did not manage
to learn a foreign language
Because they were too scared to challenge its spelling or its grammar.
Please, do change our language
So our language will go on being alive.

I am not a native English speaker
But English is part of my life.
It has become my language
as well as a family changes
when a bride comes in.
It is its beauty that it is spoken by foreigners.
English wouldn’t be English
If it was spoken by native-speakers only
Or by people who do not accept change.

Change is here,
Foreigners keep speaking English
And it is an honour.
The strength that English has
To bind people from everywhere
To speak together
It is its beauty.

Like the vast majority,
Bring people together,
Communicate,
Stop annoying those who do not master some rules,
Include those who can give you so much.

Aurianne Or

A Mommy look

“Do I look like a chair, or a bed?
Do I look like a coat rack?
Is my back small enough for your school bag?
Do I look like a kangaroo that can carry its young all the time?
Does my hair look like tissues?
Do I look like a garbage can?
Do my clothes look like a towel?
What are you twisting my nose at, do I look like a teddy bear?
Does my belly look like a horn louse that makes Prroutt?
Do I look like I collect umbrellas?
Do I look like an encyclopedia? Or google?

But good mother! I must look really weird? »

“No, you’re the most beautiful mother ever! »

“Especially the most practical!!! »

Aurianne Or

Un air de Maman

« Est-ce que je ressemble à une chaise, ou à un lit ?
Est-ce que je ressemble à une porte-manteau ?
Mon dos est-il assez petit pour ton cartable ?
Est-ce que je ressemble à un kangourou qui peut porter ses petits tout le temps ?
Est-ce que mes cheveux ressemblent à des mouchoirs ?
Est-ce que je ressemble à une poubelle ?
Est-ce que mes vêtements ressemblent à une serviette ?
Qu’est-ce que tu me tords le nez, est-ce que je ressemble à une peluche ?
Est-ce que mon ventre ressemble à un pouet cornet qui fait Prrououtt ?

Est-ce que j’ai l’air de collectionner les parapluies?
Est-ce que je ressemble à une encyclopédie ? Ou à google ?

Mais bonne mère ! Je dois vraiment avoir l’air bizarre ? »

« Mais non, t’es la plus belle des Mamans ! »

« Surtout la plus pratique !! »

Aurianne Or

La recherche sur les médicaments est passée du secteur public au secteur privé juste avant la Seconde Guerre mondiale, avec l’idée qu’une impulsion économique permettrait la découverte de plus de médicaments. Les consommateurs ont naturellement supposé que les grands groupes pharmaceutiques garderaient à l’esprit l’objectif d’une santé meilleure et pour tous, en supposant qu’ils avaient des valeurs humanitaires… 

Ce n’est pas ce qui est arrivé.

Les grandes sociétés pharmaceutiques sont motivées par le profit. La recherche et le développement (R&D) pourraient générer des bénéfices mais seulement sur le long terme (plus ou moins 10 ans). L’industrie a fait du lobbying auprès des politiciens pour qu’ils imposent des essais cliniques, mais ce n’était qu’un moyen pour les grandes sociétés pharmaceutiques de protéger leur marché pour plusieurs raisons. 

D’abord, ils sont indéniablement très coûteux à réaliser ce qui exclut de fait les petites structures qui ne peuvent pas se les payer. 

D’autre part, ces tests sont menés dans des pays où l’application de la loi est médiocre et où la corruption élevée a des effets désastreux sur la santé de la population: en gros, les médicaments sont testés sur des êtres humains sans que les principes de dignité humaine soient respectés.

Enfin, la financiarisation de l’industrie pharmaceutique, dans les années 1980, a conduit les sociétés pharmaceutiques à se concentrer sur les profits à court terme. Ils ont atteint cet objectif en réduisant la recherche et le développement (R&D),  en augmentant les prix  et en se concentrant sur les profits des actionnaires (plutôt que sur l’éthique et les stratégies à long terme). Des intérêts à court terme en faveur des actionnaires ont prévalu. Cela a même été jusqu’à  nuire aux intérêts économiques des laboratoires médicaux à long terme. La R&D est essentielle pour guérir les maladies existantes mais aussi pour traiter les infections que nous pensions disparues, comme la petite vérole ou la grippe porcine. Les maladies existantes sont revenues sous forme de bactéries résistantes en raison d’une utilisation répandue des antibiotiques.

En 1918, la grippe porcine (H1N1) a tué plus d’êtres humains que toute la première guerre mondiale. Si elle réapparaissait du fait d’une résistance aux antibiotiques, les pertes pourraient être comptées par milliards, compte tenu des moyens actuels de transport.

Les êtres humains sont nourris sans le savoir aux antibiotiques. En effet, depuis 1950, 50% de la production mondiale de ces médicaments est destinée à l’alimentation du bétail (http://www.who.int/bulletin/volumes/93/4/15-030415.pdf) et 70% aux Etats-Unis (http://www.pewtrusts.org/en/research-and-analysis/fact-sheets/2016/12/antibiotics-and-animal-agriculture-a-primer). Sans cela, le bétail ne pourrait pas survivre aux rudes conditions de l’agriculture industrielle. “Face au choix à faire entre la R&D d’antibiotiques que les gens prendront pendant deux semaines et les antidépresseurs que les gens prendront chaque jour pour toute la vie, les laboratoires pharmaceutiques opteront sans hésiter pour la seconde option. Bien que quelques molécules aient été légèrement renforcées, l’industrie pharmaceutique n’a pas trouvé d’antibiotique complètement nouveau depuis les années 1970.”James Surowiecki, The New Yorker.

La solution ne se trouve ni dans les laboratoires pharmaceutiques court-termistes ni dans les gouvernements qui sont facilement soumis à leurs influences.

L’ère de l’information permet à la science de s’ouvrir (Open Science). Les individus et les petits groupes peuvent désormais partager et discuter de leurs recherches. Le CERN a largement contribué au développement de l’Open Science. CRISPR, qui est développé par des entreprises, des universités et des citoyens, est la méthode de guérison la plus prometteuse depuis des décennies.

La législation doit évoluer pour supprimer le fardeau financier des essais cliniques, qui empêchent les plus petites structures de libérer de nouveaux médicaments.

La collaboration scientifique n’est pas nouvelle, elle existait déjà à l’époque de Louis Pasteur. Le début de la collaboration internationale au CNRS est expliqué ici: http://www2.cnrs.fr/fr/169.htm

How can we solve the antibiotic resistance crisis? – Gerry Wright: https://youtu.be/ZvhFeGEDFC8

Bacteria Killers – The Story of Phage Therapy: https://www.arte.tv/en/videos/078693-000-A/bacteria-killers

Concernant la pandémie de grippe de 1918: https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_de_1918

La Constance du Jardinier de John Le Carré, roman très documenté, traite des essais pharmaceutiques en Afrique: https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Constance_du_jardinier

Les géants de l’industrie pharmaceutique ont réduit leurs recherches sur la médecine psychiatrique de 70% en 10 ans: https://www.theguardian.com/society/2016/jan/27/prozac-next-psychiatric-wonder-drug-research-medicine-mental-illness

Pfizer met fin à la recherche de nouveaux médicaments contre la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson: https://www.reuters.com/article/us-pfizer-alzheimers/pfizer-ends-research-for-new-alzheimers-parkinsons-drugs-idUSKBN1EW0TN

Les effets sur la santé humaine de l’utilisation sub-thérapeutique des antimicrobiens dans les aliments pour animaux: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK216502/

Modèle actuel de financement du développement du médicament: du concept à l’approbation: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK50972/

Open Science est l’avenir du développement de médicaments: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5369032/

Le piège des brevets? Les défenseurs de l’Open Science veulent que la technologie CRISPR soit gratuite: http://www.cbc.ca/news/health/crispr-gene-editing-technology-patent-1.3888259

Changer les modèles de R&D dans les sociétés pharmaceutiques: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4847363/

Une nouvelle loi bipartisane soutient un financement accru et des approbations plus rapides: https://news.harvard.edu/gazette/story/2017/02/the-changes-in-drug-research-testing/

Netflix – Dirty Money (documentaire – 2018) – Saison 1 Episode 3 “Drug Short”


Open Science can save the planet | Kamila MARKRAM | TEDxBrussels

image


How to biohack your cells to fight cancer – Greg Foot https://youtu.be/Mt5C5fhuU_0 via @YouTube 

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison,
Et puis s’est retourné, plein d’usage et raison,
Conseiller son village de tous ses adages !

Du balai ! Hélas ! répondit son village
Brûlant son bucher, son imagination
Ou goûtant l’exposé de toutes ses visions
Dignes de curieux, et non de babillages.

Plus me plaît le voyage menant à l’invention
Que le béton solide comme les murs de prisons,
Plus que le marbre dur, l’élan du précurseur,

Plus la souplesse Nordique, que le bordel Latin,
Plus mon petit iPad, que le manuel éteint,
Et plus que l’air chauvin, la douceur du cœur.

Aurianne Or

These perfect parents on Facebook
Are just showing you a facade;
You can’t act all the time,
You can’t let Hollywood raise your kids.
Confirm to theses clichés
And you’ll just be a victim …
Of intolerance and uniformity.

They’re the flesh of your flesh,
Whether you want it or not.
They’re at the heart of your life
Whether you want it or not.
You can carry them on your breast
Or push them aside,
That’s the only choice you’ve got.

Some want to change the world
So, they don’t want a kid;
Some want to change the world
So, they do want some kids.

They’re the flesh of your flesh
Whether you want it or not.
They’re at the heart of your life
Whether you want it or not.
You can carry them on your breast
Or push them aside,
That’s the only choice you’ve got.

Some abandon,
Some adopt,
Some have an abortion,
And some have an in vitro.
Some are full-time parents,
Some have full-time nannies.
Some just visit the kids once in a while;
Some just watch TV with them;
Some tell them stories;
Some just teach them how to cook;
And some build things with them.
Some come back for lunch;
Some are home-schooled,
Some go to expensive schools;
And some go to boarding school.

So, what is best?
Whose heart is beating faster?

They’re the flesh of your flesh,
Whether you want it or not.
They’re at the heart of your life,
Whether you want it or not.
You can carry them on your breast,
Or push them aside,
That’s the only choice you’ve got.

They know you
Better than anyone else;
They love you,
Just as you are.

They want you
To care for them;
They want you
To love them…
Just as they are.

Communicate,
Communicate,
Accept yourself;
And accept them
Just as you all are.

It’s not a competition,
It’s not a social obligation,
Try your best,
There’s nothing to prove.
In the end, we are just parents.
Don’t force yourself to be someone else.
It’s just about how you feel,
And about what you can give.

Communicate,
Communicate,
With your partner
And with your children.

Communicate,
Communicate,
Accept yourself
And accept them,
Just as you all are.

Even if your best is not much,
They need you.
They only want to hug you,
They only want your love,
Whatever you can give
As long as it is true.

They’ll never need an actor,
Beware, don’t lose who you are.

Trying to understand your kids,
Is the best way to try to understand yourself;
Because they share part of your genes,
And because they mimic you.

Communicate,
Communicate,
With your partner
And with your children.

Communicate,
Communicate,
Accept yourself
And accept them;
Just as you all are.

Trying to understand yourself,
And trying to improve yourself,
Is the best way to improve
The education of your kids;
Because they mimic you
And need you
Just as you are,
With what you’ve got,
Doing your best.

Try to be better than what you can be
Is the best way to crash into
Conflict;
Accept your weaknesses,
And discuss them.
Accept the other family members’ help,
And they’ll be so proud
And happy to help.

And that’s what all the family needs.
Each member making decisions according to who
Each one really is.
Accepting help
Wherever it comes from
As long as it is efficient.

Pay attention,
And everybody will win.
Be proud of your family,
Don’t forget who you are.
You won’t be alone
You’ll come together.

Communicate,
Communicate,
With your partner
And with your children.

Communicate,
Communicate,
Accept yourself
And accept them,
Just as you all are.

Face the truth.
Each member will help.
Everyone will feel better.

Aurianne Or


Je te donne – Jean-Jacques Goldman, Michael Jones:

I can give you a voice, bred with rythms and soul
The heart of a welsh boy who’s lost his home
Put it in harmony, let the words ring
Carry your thoughts in the song we sing
Je te donne mes notes, je te donne mes mots
Quand ta voix les emporte a ton propre tempo
Une épaule fragile et solide a la fois
Ce que j’imagine et ce que je crois

Je te donne toutes mes differences
Tous ces défauts qui sont autant de chance
On sera jamais des standards des gens bien comme il faut
Je te donne ce que j’ai ce que je vaux

I can give you the force of my ancestral pride
The well to go on when I’m hurt deep inside
Whatever the feeling, whatever the way
It helps me to go on from day to day

Je te donne nos doutes et notre indicible espoir
Les questions que les routes ont laissées dans l’histoire
Nos filles sont brunes et l’on parle un peu fort
Et l’humour et l’amour sont nos trésors
Je te donne toutes mes differences
Je te donne, donne, donne ce que je suis

I can give you my voice, bred with rythm and soul
Je te donne mes notes, je te donne ma voix
The songs that I love, and the stories I’ve told
Ce que j’imagine et ce que je crois
I can make you feel good even when I’m down

Les raisons qui me portent et ce stupide espoir
My force is a platform that you can climb on

Une épaule fragile et forte a la fois
Je te donne, je te donne tout ce que je vaux, ce que je suis, mes dons
Mes défauts, mes plus belles chances, mes differences

« Ces Arabes, tu dois bien l’admettre, c’est toujours eux qui mettent le bordel en
cours et aussi dans la ville. Avec les Noirs bien sûr…

– Et à ton avis pourquoi ?

– Parce qu’ils n’ont rien à faire dans ce pays. Il faut les renvoyer dans le leur !

– Je comprends pas ton raisonnement.

– C’est pas juste, il y a des élèves dont les parents galèrent, ils n’ont rien. Alors qu’à
ces étrangers, on leur a donné un logement gratuit sans paperasse, des allocs
sans questions et on leur cherche des emplois alors qu’on a plein de chômeurs français.
Pas étonnant que les gosses suivent l’exemple des parents au lieu de s’appliquer
en classe ?

– C’est vrai que ce n’est pas juste. Mais est-ce vraiment leur faute ? C’est pas
eux qui font les lois que je sache. Et, en plus, tu les renvoies comment dans
leur pays ? Avec tes gros bras ?
A court terme, elle ne marche pas ta solution.

– Tu dis ça parce que tu es idéaliste. Moi je vis dans la réalité. Je ne vois pas
pourquoi je perds mon temps à t’expliquer alors que tu ne peux pas comprendre. De
toute façon, tu ne changeras pas d’avis.

– Pourtant, j’ai voyagé et entendu des points de vue très différents et je pense que ça m’a
beaucoup enrichi et que ça m’aide beaucoup dans ma pratique. En particulier à
essayer de comprendre le point de vue des gens que j’ai en face de moi, adultes
ou élèves. Et toi ? As-tu déjà voyagé ?

– Non. Je suis bien chez moi. Il y a déjà assez de bronzés ici.

– Moi j’ai vécu dans plusieurs pays. Figure-toi qu’en Angleterre, les Noirs et les Arabes
ne posent pas de problèmes. Ce sont les Pakis qui ont un comportement
problématique. En Amérique du Sud, ce sont les Amérindiens.

Ce ne sont pas les mêmes personnes qui ont ces mêmes comportements. Donc, si on les
renvoie dans leur pays, le problème ne sera pas réglé. Car un autre groupe
risque de se comporter de la même manière.

– Mais pourquoi ? Je te dis, moi, que tu te trompes.

– Je me trompe alors que j’ai habité là-bas tandis que toi tu es resté ici. Si toi
tu déménageais avec des gens qui pensent comme toi, vous rendriez certainement
les Noirs et les Arabes agressifs et perturbateurs en classe dans n’importe
quel pays. Tu connais le principe des prophéties auto-réalisatrices ?

– Elle est bonne celle-là, c’est de notre faute s’ils foutent le bordel partout !

– Je te dis juste que tu devrais mettre ton comportement en perspective. Je pense que
tu es honnête et que tu penses à l’intérêt général. Tu veux vraiment qu’il y
ait moins d’agressions et une meilleure ambiance dans ta classe ; et dans
le pays. Visiblement, tu n’arrives pas à régler ce problème malgré des années
d’effort. Je te dis juste qu’il faut aussi te renseigner auprès de gens qui
pensent différemment et qu’il faut voyager pour mieux comprendre son propre
pays.

– Mais tu n’es pas patriote, moi j’aime mon pays. Je ne veux pas le quitter.

– Le patriotisme prend des formes différentes. Aller ailleurs chercher des idées
différentes afin de trouver des solutions et améliorer la vie de son pays,
c’est aussi du patriotisme.

– Et alors, c’est quoi ta solution ?

– Je pense qu’il faut d’abord chercher à comprendre pourquoi ils sont agressifs et
pourquoi ils ne cherchent pas à écouter en cours. Pourquoi ne pas leur demander ?

– Ils vont te dire n’importe quoi mon pauvre. Tu es vraiment trop naïf.

– Au début peut-être mais si tu instaures un climat de confiance, ils finiront par
exprimer ce qui les pousse à se rebeller. C’est des méthodes que j’utilise moi-même
et je dois dire que je suis souvent très touché par ce qu’ils disent. Je
désapprouve la conclusion de leur raisonnement qui est de mal se comporter mais
il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y a aussi des points sur
lesquels ils ont parfaitement raison.

– Ah ! Alors ça… J’aimerais bien savoir quoi…

– Par exemple le fait que le directeur leur refuse des casiers pour mettre leurs
affaires pendant qu’ils vont au self car les sacs le rendent impraticable et
puis qu’après quand ils vont jouer, il y a des vols. Mais le problème est plus
global. C’est peut-être parce qu’ils se savent exclus, vivant dans des tours
excentrées de la ville. C’est peut-être parce qu’ils savent que, même s’ils
réussissent en classe, ce sera beaucoup plus dur pour eux de trouver du travail
à cause de leur nom, de leur adresse et de leur type de peau. Du coup, il y a
peut-être un sentiment de vengeance qui les amène à vouloir empêcher les autres
d’avoir accès à ces emplois eux-aussi. Une sorte de sabotage, comme des
ouvriers désespérés dans une usine qui ferme, malgré la qualité du travail
effectué et les recettes. Peut-être parce qu’ils sont systématiquement
considérés comme coupables dans le système scolaire. Alors, puisqu’ils auront
des punitions de toute façon, pourquoi devraient-ils faire l’effort d’essayer
de bien se comporter ? Peut-être parce qu’ils savent que vous savez mieux vous
défendre qu’eux, et que donc, ils savent qu’ils ont perdu d’avance ?

– En gros c’est de notre faute. Et on les punit sans raisons. Elle est bien bonne
celle-là !

– Pas complètement. Le type de professeur que tu représentes est, je pense, de bonne
foi. Il reproduit des mécanismes ; c’est tout.

– Et quelles sont tes solutions ?

– Bien vérifier que les élèves soient coupables avant de les punir, et, quand c’est le
cas, bien leur expliquer les preuves que toi ou tes collègues avez. Leur donner
de l’espoir, leur dire qu’ils peuvent réussir à l’école et trouver un travail. Ça,
c’est vrai c’est beaucoup plus dur car cela dépend de la société, mais après
tout, avec un bon professeur ; n’importe qui peut devenir président. Leur
donner de l’aide supplémentaire par rapport aux autres, car, quand on se sent
abandonné, on a besoin de plus de soins pour se réparer. Les défendre corps et
âmes quand ils ont raison ou quand le système scolaire veut les orienter vers
des voies de garage. Leur donner de la dignité, les écouter.

Quand tu parviendras à le faire, non seulement tu seras moins aigri, non seulement tu te
sentiras moins impuissant mais en plus, tu t’enrichiras car ils t’expliqueront
eux-mêmes ce qu’ils vivent et ressentent à l’école. Tu t’enrichiras aussi des
connaissances qu’ils ont pu accumuler sur notre société, car tu ne vis pas du
tout les mêmes choses qu’eux et savoir ce qu’il se passe de leur point de vue
pourra certainement t’aider à moins te faire manipuler et à ton tour tu pourras
les aider à moins se faire manipuler. Vous seriez tous gagnants dans cette
entraide et je suis sûr que vous trouveriez des solutions concrètes aux
problèmes quotidiens.

Tu les comprendras mieux, tu comprendras mieux ton pays, tu te comprendras mieux, et
là et seulement là tu pourras trouver des solutions que les punitions ne
trouveront jamais.

– Bof, j’en suis pas si sûr. Je suis pas psy. Tu me fais bien rire en tous cas.»

Aurianne Or