Yaourt-hier Yaourt d’aujourd’hui

Garanti sans gélatine ( = os + peau de bovin + peau de porc)
C’est bien, boycotter = ne plus s’empoisonner

image

Plus les ingrédients sont de qualité, plus ce sera bon au goût et pour la santé.


Bien mélanger un yaourt et 1l de lait entier (vache ou brebis, perso j’aime pas chèvre mais c’est possible aussi). Vous pouvez ajouter du lait en poudre si vous aimez le yaourt ferme.

Verser le mélange dans les pots.

Mettre les pots dans le yaourtière.

Régler la durée sur 10h.

Appuyer sur le bouton.

Attendre 10h puis disposer les yaourts au frigo au moins 4h.

C’est prêt, vous pouvez le manger nature ou ajouter des fruits coupés (myrtilles, framboises, fraises, banane, poire, etc.), ou de la confiture ou du sucre ou/et du biscuit émietté ou des céréales.

(Mélanger deux yaourts avec 1 litre de lait demi-écrémé. Mettez-les dans la yaourtière et réglez la durée pour 12 heures…….)


La nomination au Gouvernement d’Emmanuelle Wargon, ancienne responsable de la communication de Danone, en inquiète certains – L’Obs: https://www.nouvelobs.com/politique/20181017.OBS4061/emmanuelle-wargon-une-lobbyiste-qui-defend-l-huile-de-palme-chez-macron.html


Un air de Maman

« Est-ce que je ressemble à une chaise, ou à un lit ?
Est-ce que je ressemble à une porte-manteau ?
Mon dos est-il assez petit pour ton cartable ?
Est-ce que je ressemble à un kangourou qui peut porter ses petits tout le temps ?
Est-ce que mes cheveux ressemblent à des mouchoirs ?
Est-ce que je ressemble à une poubelle ?
Est-ce que mes vêtements ressemblent à une serviette ?
Qu’est-ce que tu me tords le nez, est-ce que je ressemble à une peluche ?
Est-ce que mon ventre ressemble à un pouet cornet qui fait Prrououtt ?

Est-ce que j’ai l’air de collectionner les parapluies?
Est-ce que je ressemble à une encyclopédie ? Ou à google ?

Mais bonne mère ! Je dois vraiment avoir l’air bizarre ? »

« Mais non, t’es la plus belle des Mamans ! »

« Surtout la plus pratique !! »

Aurianne Or

Super Tomate

Il y a quelques temps maintenant, ma colocataire apportait ces bocaux de sauce tomate qui étaient délicieux. Elles venaient de sa grand-mère sicilienne et ma colocataire disait : “Je ne comprends pas pourquoi les gens en achètent, c’est si facile à faire. Il suffit de cuire les tomates dans une grande casserole. Tu mets la sauce bien chaude dans un bocal et tu le retournes, c’est tout.” Il m’a fallu du temps avant suivre ses instructions, mais quand je l’ai finalement fait, j’étais conquise.

Vous pouvez utiliser n’importe quelle variété de tomates, mais plus la qualité des produits est bonne, meilleure sera la recette au goût et pour la santé. Il est préférable de bien choisir ses produits: du jardin, d’une A.M.A.P., du marché, d’un artisan, etc. de préférence bio.

Vous pouvez y ajouter ce que vous voulez : romarin, thym, poivre, céleri branche, une demi-carotte, etc.

Vous pouvez l’utiliser sur des pâtes ou du riz ou même l’utiliser pour une autre recette. Bonne dégustation!

“L’eau, c’est fait pour naviguer ou se laver…” dit un vieux marin retraité de ma connaissance.

L’histoire du far breton: https://creperieloheac.com/article/0f9d9891/l-histoire-du-far-breton

Far breton – Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Far_breton

Phare du four – Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Phare_du_Four

Flotte – Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Flotte#Flotte_de_pêche

Pourquoi le beurre est-il salé (et sacré) en Bretagnehttp://www.leptitbreton.com/pourquoi-le-beurre-est-il-sale-en-bretagne/

Marie de Bretagne – Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_de_Bretagne

Oh purée! du céleri-rave !

Si vous le souhaitez, vous pouvez ajouter de la noix de muscade râpée, du poivre ou même de la citronelle que vous pouvez couper puis mettre à infuser dans le bouillon (bien l’enlever avant de mixer).

Plus les ingrédients sont de qualité, plus le plat sera bon au goût et pour la santé.

Bon appétit!


Une patate traverse une route. Elle se fait écraser. Le céleri dit “Oh! purée!”

 

Vous n’avez pas besoin de faire la sauce de la photo d’un livre de recette ou d’un blog, juste une qui vous plaise… Si c’est bon, c’est bon! Laissez-vous aller à vos envies!


« Dans l’une des premières scènes de Généalogies d’un crime (Raoul Ruiz, 1997), Solange (Catherine Deneuve), qui vient d’apprendre la mort de son fils, s’occupe à “des tâches anodines”. Au premier plan dans la cuisine, elle mélange de l’huile et des condiments. Le regard fixé sur le bol, elle explique à sa mère, qui se trouve en arrière-plan, comment faire pour que la mayonnaise ne prenne “surtout pas”. La mère, un peu floutée semble critique. “Vraiment ?” demande-t-elle avec circonspection lorsque Solange annonce qu’il faut ajouter un jaune d’œuf “écrasé à la fourchette”. “La ciboulette me déçoit toujours” rétorque-t-elle lorsque Solange lui explique qu’il faut saupoudrer celle qu’elle a trouvée chez un revendeur dont elle refuse de donner l’adresse. L’occupation aux tâches ménagères associée à la placidité de la mère, progressivement rendue manifeste par l’élargissement du plan, fait ressentir une tension qui se cristallise provisoirement dans l’interdiction sèche que Catherine Deneuve (Solange) fait à sa mère de répondre lorsque sonne le téléphone.

La vraie nature de cette tension est révélée par la scène suivante. Les deux femmes sont réunies avec un tiers, un ami magistrat, dans le très large couloir sombre de la morgue où a été recueilli le corps du fils décédé. Le découpage souligne leur rivalité. D’un côté la mère, seule sur sa chaise. De l’autre, la fille et son ami. Chacun son plan. Le champ contrechamp propose une coupure nette. Si la fille commence par attaquer sa mère – “ma mère est folle” explique-t-elle, la réplique de celle-ci surprend autant par son caractère anodin que par l’intensité de son effet. “Tu sais pourquoi je souris ? Je pense à ta vinaigrette.” lance soudain la vieille persifleuse. “Qu’est-ce qu’elle a ma vinaigrette ?” s’inquiète Solange en gros plan. La mère continue :  “c’est drôle quand même, tu pars pour faire une mayonnaise… Vous savez, elle n’a jamais été capable de faire une mayonnaise, ça n’a jamais pris.” Solange semble étrangement troublée. Le montage alternant les gros plans sur les deux femmes se trouve perturbé par des effets de flou, qui montrent combien ce discours d’apparence anodine, revêt une importance insoupçonnée. La réaction de Solange n’est pas moins forte : “Arrête, Maman !” s’exclame-t-elle. En gros plan, d’une voix pernicieuse et le regard perçant, la mère poursuit : “Une mayonnaise ratée détournée en vinaigrette, c’est bien non, vous ne trouvez pas ? Je ne sais pas, je trouve ça bien : de se servir de ses propres incapacités pour réaliser quelque chose de nouveau, d’inventif.” »

Catherine Deneuve Femme de Maison, Jérémie Kessler, ENS Editions. P.134-136

Généalogies d’un crime – La Vinaigrette – Raoul Ruiz (1996): https://www.youtube.com/watch?v=OrxWxnTSkus

 

Catherine Deneuve brille également dans Les Parapluies de Cherbourg,un film qui prend aussi bien qu’une mayonnaise bien trempée et dans sa sauce. Les personnages se prennent aussi de sacrées saucées, et pas que météorologiquement parlant.

Wikipedia – Les Parapluies de Cherbourg: https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Parapluies_de_Cherbourg 

Wikipédia – Généalogie d’un crime: https://fr.wikipedia.org/wiki/Généalogies_d%27un_crime

Two for the road – Un film sur deux personnages plein d’incapacités qui montent une bonne mayonnaise et réalisent une vie nouvelle, inventive et tout cela monte en sauce pour en faire un chef d’oeuvre du cinéma : https://aurianneor.tumblr.com/post/168607922310/two-for-the-road-they-make-something-wonderful-out


– Ah ! Il faut quand même qu’on vous dise…

– Ah ?

– Rien de grave. C’est juste que les policiers sont venus à l’école pour expliquer la sécurité
routière aux enfants. Ils ont expliqué les panneaux, comment il faut traverser
la rue…  Ce genre de chose. Quand ils ont
fini, ils ont demandé s’il y avait des questions.

– Et là, on a quand même été assez surpris. Votre fils, qui habituellement est très timide et
a du mal à communiquer, a levé bien haut la main.

– On était vraiment très surpris. C’est très rare qu’il lève la main. Je crois que c’est la première fois que je le voyais demander la parole comme ça.

– Les policiers lui ont donné la parole. Et là, il a commencé à expliquer aux policiers que les dinosaures étaient aussi très dangereux sur la route.

– Il a décrit toutes sortes de dinosaures et a expliqué aux policiers en quoi chaque dinosaure était dangereux.

– On ne l’arrêtait plus. Et il donnait toute sorte de consignes et d’explications pour se protéger… C’était drôle.

– On a bien ri.

– C’était juste pour l’anecdote. Y a-t-il d’autres choses que vous souhaitiez aborder lors de
cette réunion.

– Non, ça va. Et toi chéri, tu veux ajouter quelque chose ?

– Non. Merci de nous avoir reçu.

– Merci. Au revoir.

– Au revoir, Madame.

– Au revoir, surtout n’hésitez pas à nous téléphoner ou à écrire dans le carnet de liaison si jamais…

– Très bien, bonne soirée.

– Bonne soirée, merci.

Les parents mirent leur manteau puis partirent.

– C’est un phénomène notre fils quand même. Il est génial. Et puis, avec tous les dinosaures qu’il connaît il a dû leur tenir le crachoir quelque temps….

– Oui mais tu vois ; quelque part. Ils sont trop petits pour des explications rationnelles. Il a traduit le discours du policier en une histoire adapté à l’âge des enfants. Et puis, après tout, il a raison. Le plus gros danger sur la route, c’est l’imprévu. On ne peut pas savoir quoi faire dans toutes les situations…

– Mais se préparer aux imprévus les plus courants, ça réduit les risques….

Aurianne Or

Le lendemain, notre jeune heros voulut s’essayer à Word pour la première fois. Et, devinez quoi, il dessina des formes afin d’esquisser un Ankylosaure…

– Oh non ! Quel désastre ! Il y a du chocolat chaud partout, même dans les rainures du lave-vaisselle.

– Il faut nettoyer tout de suite, sans quoi le lait va pourrir.

Sur ce, Bixente alla chercher la serpillère espagnole ainsi que des éponges. Bachué se rendit dans le salon pour prévenir ses amis. Tout en explosant de rire, elle raconta comment elle avait remué de trop la chocolatière et comment la mousse était montée et comment l’affaire avait finie en éruption volcanique sur la machine à laver. Eh oui ! La cuisine était sommaire et le dessus de la machine servait de plan de travail.

Gloussant de rire, elle ajouta :

– Nous allons devoir vous laisser, car plus on attend, plus ce sera dur à nettoyer. 

– Il y en a partout, partout ! commenta Bixente d’un ton jovial. Explosion de chocolat chaud ! Quelle histoire !

Les invités restèrent dans le salon car la cuisine était trop petite pour qu’ils puissent être d’aucune aide. Bachué et Bixente épongèrent, épongèrent et épongèrent encore, mais il semblait qu’il y avait toujours un endroit de plus à découvrir et qu’il fallait nettoyer. Cela prit beaucoup plus de temps qu’ils ne l’auraient imaginé. 

– Un basque et une colombienne, incapable de préparer du chocolat… Les traditions se perdent on dirait.

– Mais non, c’est au moins la centième fois qu’on se régale avec cette recette. Même les meilleurs cuisiniers peuvent se tromper au moins une fois sur cent.

– Tu appelles ça se tromper, c’est un vrai désastre ! Et que vont penser nos amis ?

– Ils vont penser qu’on a un volcan dans la cuisine ! plaisanta Bachué d’un ton espiègle. Ils se doutent bien qu’on aurait préféré boire tranquillement notre chocolat tout en discutant… Le ménage, ce n’est quand même pas un super loisir…

– Pour sûr. Mais on devrait redemander à ta grand-mère comment elle prépare le sien. Je ne veux plus utiliser cette maudite chocolatière que nous a offert ta mère !

– D’accord, mais elle peut quand même servir de carafe d’eau. Elle est belle tout de même, répliqua Bachué.

– OK. L’eau c’est plus facile à éponger…

Après un long moment… de récurage…

– Bon maintenant qu’ils ont attendu une éternité, il faudrait quand même qu’on leur serve quelque chose, remarqua Bachué.

– Pas du chocolat, là j’ai une overdose. Après un épisode comme celui-ci, il faut au moins un Irish coffee.

– Mais on n’en a jamais fait !

– Je m’en fous. Je viens de leur demander et ils sont super partants. J’en veux un et je cherche une recette sur le net avec eux. Ils ont l’air de savoir comment faire, ça a l’air simple, à part la crème fouettée. Faudra pas fouetter trop fort… Sinon, éruption de mousse…

– Ouhouh !! Tu me fais des propositions, susurra Bachué en réponse à la blague.

–  Prépare un café s’il te plaît mon amour pendant que je me renseigne.

Il revint deux minutes plus tard, je vais au Monoprix prendre de la chantilly. Ça évitera les catastrophes. Je reprendrai aussi un peu de Whiskey car il faut le chauffer avec le sucre. C’est juste au cas où on ait à refaire ça plusieurs fois. 

Léopold, Noor et leur fils Fael vinrent mettre leur tête à la porte : 

– Alors, tu t’en sors ?

Bixente enfila ses chaussures et alors qu’il attrapa son manteau, une autre explosion se fit entendre.

– Ah ! ça y est ! Maintenant j’ai vu comment fonctionne un
volcan, Fael était tout joyeux de cette expérience scientifique.

– Oh! My God!, s’emerveilla Bixente. 

– On va devoir tout renettoyer, se démotiva Bachué. Il y en a sur tout le plafond, toute la fenêtre et tout le carrelage ! Il y en a même dans les rainures du lave-vaisselle. C’est encore pire que le chocolat !

– Allez, sors de cette cuisine, tu as assez fait de ménage pour aujourd’hui. On s’en occupe. Garde un œil sur Fael, veux-tu. Et puis, c’est moins pire qu’il n’y paraît, la consola Noor.

– C’est vrai, deux explosions et zéro blessé, c’est plutôt un bon bilan, se hasarda Léopold en se retenant de rire. Après tout cette cuisine typique était assez atypique. Aujourd’hui c’est super spectacle de cirque non pas acrobatique mais explosif ! Mais ce n’est pas un opéra bouffe ; avec tout ça, on n’a rien dans le ventre.

Noor le fusilla du regard.

– C’est pourquoi je vous propose d’aller chercher des frites avec du coca et des bières, belges, bien sûr. 

– Très bonne idée, le remercia Bixente, je viens avec toi. J’ai déjà mes chaussures et mon manteau.

Une fois les hommes partis, Noor analysa la situation :

– Fael avait raison. C’était comme un volcan. Ce n’est pas du café mais de la poudre de café que tu as du sol au plafond. Et ça c’est une bonne nouvelle car un coup de balai et le tour sera jouée.

– Magie magie! Je t’adore. Merci Noor!

– Attention, je ne vole pas sur les balais moi… Je ne suis qu’une pauvre vieille femme de ménage au dos cassé par ces longues années de labeur !

– Tu as bien choisi ta profession.

– Sorcière ?

– Mais non, tu sais bien. Actrice.

Et tandis qu’elle nettoyait la machine à expresso italienne, Bachué se rendit compte qu’elle avait pris le dessus d’une machine et le bas d’une autre machine. Pas étonnant que l’explosion ait eu lieu !

Depuis, les quatre amis se rappellent ce goûter fantaisiste régulièrement et toujours, toujours, en riant beaucoup beaucoup…. 

Et Fael ! Fasciné, comme nombre d’enfants par les volcans, il ne cesse de demander à sa mère d’accepter de mettre un mentos dans une bouteille de Coca… 

C’est drôle cette fascination pour les volcans. Malgré le risque de se blesser, ces deux explosions ont marqué les esprits de nos cinq compères, positivement. Ils s’en souviennent avec grand plaisir. 

Les explosions volcaniques exercent cette même fascination sur les humains, et ce, malgré les victimes. Ces volcans représentent un énorme danger mais n’oublions pas qu’ils permettent la survie dans de nombreux endroits, comme les îles, car ils fertilisent les sols. Cette seule image du volcan représente une pulsion de vie et une pulsion de mort simultanément.

Quand un humain est sur le point de craquer nerveusement, on dit qu’il est sous-pression et on utilise l’image du volcan comme métaphore de cet état. La pression fait craquer, c’est l’élément négatif mais n’oublions pas que le fait de craquer fait qu’on se prend en main pour ne plus accepter l’inacceptable et réorienter sa vie vers une situation plus saine.

Aurianne Or


Under Pressure – Queen

Teppanyak

CCC

CCC

La recette préférée de mes enfants.

Plus les ingrédients sont de qualité, plus le plat sera bon au goût et pour la santé.

Marmiton – Soupe 3C: http://www.marmiton.org/recettes/recette_soupe-3c-courge-carotte-coco_86222.aspx

Passeport Santé Citrouille et Potiron:   http://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=citrouille_nu

image