Ultra-processed food

Les aliments transformés ont historiquement aidé les êtres humains à être en meilleure santé (par exemple, la pasteurisation, la fermentation, les conservateurs naturels, etc.) ). Mais ce n’est pas le cas des aliments ultra-transformés. Il est prouvé qu’ils favorisent le diabète, les cancers, les maladies cardiovasculaires, la dépression, les troubles de l’humeur et l’obésité. Alors pourquoi représentent-ils plus de la moitié du régime alimentaire des Britanniques et des Américains et pourquoi se vendent-ils si bien dans les pays en développement ?

Cet article explique ce point de vue en détail : Comment les aliments ultra-traités ont pris le dessus sur votre panier d’achat – The Guardian : https://www.theguardian.com/food/2020/feb/13/how-ultra-processed-food-took-over-your-shopping-basket-brazil-carlos-monteiro

L’université de Cambridge et l’ONU ont élaboré une classification appelée système Nova pour aider les acheteurs à savoir comment les aliments sont transformés et à faire de meilleurs choix.

Pour en savoir plus sur le système Nova, cliquez ici : La Décennie des Nations unies pour la nutrition, la classification des aliments NOVA et les problèmes liés à l’ultra-traitement – Cambridge University press : https://www.cambridge.org/core/journals/public-health-nutrition/article/un-decade-of-nutrition-the-nova-food-classification-and-the-trouble-with-ultraprocessing/2A9776922A28F8F757BDA32C3266AC2A

Mais ce n’est pas suffisant. Les aliments ultra-transformés ne ressemblent même pas toujours à des aliments, mais leur attrait demeure. Pourquoi ? Ils sont pratiques, moins chers, ils ont des saveurs et des odeurs plus fortes, et ils libèrent un premier goût qui ne dure pas et qui donne envie de goûter à nouveau. De plus, la publicité et la nostalgie due au fait que les gens en ont mangé pendant leur enfance pèsent plus sur la décision que le bien-être futur, même si les gens peuvent se sentir déprimés par la suite parce qu’ils n’ont pas eu la volonté de résister à cette tentation.

Pour plus de détails sur ce mécanisme, lisez ceci. Nous savons que les aliments hautement transformés sont mauvais pour nous. Pourquoi continuons-nous à en manger ? – Global News : https://globalnews.ca/news/5331125/ultra-processed-food-nutrition/

Pour en savoir plus sur la volonté, lisez Willpower by Roy Baumeister, 2011.

Pour avoir une meilleure compréhension du comportement humain, lisez Behave by Robert Sapolsky, 2017.

Alors, comment s’arrêter ?

  • Arrêtez de regarder la publicité et la télévision.
  • Faites vos courses après avoir mangé pour donner à votre cortex préfrontal assez d’énergie pour faire le bon choix.
  • Arrêtez de vous blâmer et de perdre votre confiance en vous car l’industrie alimentaire sait comment vous embrouiller le cerveau (couleurs, sons, télévision, saveurs, emballages, etc.)

Cet article sur le livre Thinking, Fast and Slow du prix Nobel Daniel Kahneman explique comment notre pensée est biaisée et comment elle peut être manipulée par l’industrie – Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Thinking,_Fast_and_Slow

  • Faites vos achats en ligne et prenez votre temps pour lire les étiquettes et obtenir des informations sur Internet. Le choix se fait au moment de l’achat, pas au moment de la consommation.

Ces sites web vous donnent un outil pour en savoir plus sur ce que vous mangez : Open Food Facts : https://fr.openfoodfacts.org/nova et l’application indépendante Yuka : https://yuka.io

  • Soyez patient. Il s’agit d’une dépendance, vous aurez encore plus envie de ces aliments ultra-transformés lorsque vous commencerez à arrêter. Plus tard, vous ne le regretterez pas.
  • Cuisinez, ce n’est pas si difficile si vous choisissez des recettes délicieuses et faciles.
  • N’évitez pas tous les aliments transformés, car le naturel a aussi ses dangers. Évitez uniquement les aliments ultra-traités.

Aliments ultra-transformés, mais que mange-t-on ! ABE-RTS: https://youtu.be/YoemtsZ4Tvc

Ultra-processed food

Processed food has historically helped human beings to be healthier (eg pasteurization, fermentation, natural conservatives, and so on). But ultra-processed food has not. It is proved that it causes diabetes, cancers, cardiovascular diseases, depression, mood disorders and obesity. So why does it represent more than half of the diet of the British and the Americans and why is it selling so well in developing countries?

This article explains that view in details: How ultra-processed food took over your shopping basket – The Guardian: https://www.theguardian.com/food/2020/feb/13/how-ultra-processed-food-took-over-your-shopping-basket-brazil-carlos-monteiro

The university of Cambridge and the UN have elaborated a classification called the Nova system to help buyers to know how processed is the food and make better choices.

To know more about the Nova system, click here:  The UN Decade of Nutrition, the NOVA food classification and the trouble with ultra-processing –  Cambridge University press: https://www.cambridge.org/core/journals/public-health-nutrition/article/un-decade-of-nutrition-the-nova-food-classification-and-the-trouble-with-ultraprocessing/2A9776922A28F8F757BDA32C3266AC2A

But this is not enough. Ultra-processed food doesn’t always even look like food but its attraction remains. Why? They are convenient, cheaper, they have stronger flavours and smell, and they release a first taste which doesn’t go on and make you want more to experience again. Moreover, advertisement and nostalgia due to the fact that people ate it during their childhood weighs more on the decision than a future health well being even if people may feel depressed afterwards because they did not have the willpower to resist that temptation. 

For more details about this mechanism, read this. We know highly processed food is bad for us. Why do we keep eating it? – Global News: https://globalnews.ca/news/5331125/ultra-processed-food-nutrition/

To know more about willpower, read Willpower by Roy Baumeister, 2011.

To have a comprehensive understanding of human behaviour, read Behave by Robert Sapolsky, 2017.

So how to stop?

1. Stop watching advertisement and TV.

2. Shop after having eaten to give your prefrontal cortex enough energy to make the good choice.

3. Stop blaming yourself and lower your self-confidence because the food industry knows how to mess with your brain (colours, sounds, TV, flavours, packaging, and so on).

This article  about the book Thinking, Fast and Slow by Nobel price Daniel Kahneman explains how our thinking is biased and how it can be manipulated by industry Wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Thinking,_Fast_and_Slow

4. Shop online and take your time to read the labels and get information on the internet. The choice is made when you buy, not when you eat.

These websites give you a tool to know more about what you eat: Open Food Facts: https://world.openfoodfacts.org and the independent app Yuka: https://yuka.io

5. Be patient. This is an addiction, you’ll be craving even more for this ultra-processed food when you begin to stop. Later, you won’t miss it.

6. Cook, it’s not that difficult if you choose delicious and easy recipes.

7. Don’t avoid all processed food, as nature is not always that good for you. Avoid ultra-processed food only.

Aliments ultra-transformés, mais que mange-t-on ! ABE-RTS: https://youtu.be/YoemtsZ4Tvc

Boissons maison – Chaudes ou froides et surtout moins sucrées

Oui, Oui, l’eau plate est meilleure, du robinet quand vous avez de la chance ou des bouteilles d’eau. Et si, si, le lait maternel, c’est mieux pour les bébés et pour les Mamans (sauf cas graves). (Recommandations de l’OMS en matière d’alimentation du nourrisson: https://www.who.int/nutrition/topics/infantfeeding_recommendation/fr  )

Mais quand on veut se faire plaisir… et surtout pour les boissons froides, les produits industriels rajoutent du sucre en masse. Sur les étiquettes qui sont chez moi, je vois 120g de sucre par litre pour le sirop bio. La même quantité pour des produits qui ne vont pas être dilués: toujours chez moi, le jus de fruit bio à près de 100g/l et le Coca-Cola à 128g/l. Ce sont ce que j’appelle des invitations formelles envoyées directement au diabète!

Donc, oui, vous pouvez vous faire plaisir de temps en temps avec une boisson sucrée si n’exagérez pas. La dose quotidienne de sucre recommandée est 25g/jour soit six cuillères à café.

Je vous propose ici trois recettes saines  qui peuvent être bues chaudes ou froides. C’est pour vous lancer! Après, vous inventerez vos propres recettes.

1) Infusion de cynorhodon (riche en vitamine C): Mettre un sachet d’infusion au cynorhodon dans la théière. Ajouter de l’eau frémissante et non bouillante. Déguster sans sucre ou sucrez avec du sirop de framboise ou de cassis.

2) Thé vert à la mente (bon pour la digestion): Utilisez de l’eau frémissante et non bouillante, que vous versez sur un sachet de/ du thé vert et de la menthe fraîche préalablement déposés dans la théière. Enlever le thé au bout de 2-3 minutes, laisser la menthe au moins 10 minutes. Boire tel quel ou y mélanger une cuillère de sucre complet bio ou du sirop au citron bio ou du sirop bio de fleur de sureau.

3) Thé vert au citron vert ou jaune (bon pour le foie): Découper le citron en morceaux. Déposer dans la théière le thé noir de votre choix (Earl Grey ou Russian Earl Grey en sachet pour moi). Utilisez de l’eau frémissante et non bouillante, que vous versez sur un sachet de thé. Retirer le thé au bout de 2-3 minutes; laisser le citron.  Bien y mélanger une cuillère de sucre roux complet bio (facultatif).

Vous pouvez aussi presser le citron directement au verre.


To read this in English: https://tmblr.co/ZprwNe2ghSeWq


Healthy soda: https://aurianneor.tumblr.com/post/158971101626/healthy-soda-le-jus-d12-citron-1l-deau

Great Fruit: There isn’t any grape in it ! But there’s juice…: https://aurianneor.tumblr.com/post/173188724375/great-fruit-there-isnt-any-grape-in-it-but


Check out this video – THAT SUGAR FILM – Official US Trailer (2:07) from That Sugar Film (2014) – on IMDb!: http://www.imdb.com/title/tt3892434/videoplayer/vi3652300825

Sugar – the elephant in the kitchen: Robert Lustig at TEDxBermuda 2013https://youtu.be/gmC4Rm5cpOI

Excess sugar in food and drink needs tackling by law | Letters https://www.theguardian.com/society/2015/sep/10/excess-sugar-in-food-needs-tackling-by-law?CMP=share_btn_tw 

Industry hits out at ‘scapegoating’ as France amends sugar tax:  https://www.foodnavigator.com/Article/2017/10/30/Industry-hits-out-at-scapegoating-as-France-amends-sugar-tax#.Wn7z5Cm_OHA.twitter

Ay Yo Yogurt YOYO Yeah!

Guaranteed gelatin-free ( = bone + bovine skin + pig skin)
That’s good, boycotting = no more poisoning

imagehttps://www.nouvelobs.com/politique/20181017.OBS4061/emmanuelle-wargon-une-lobbyiste-qui-defend-l-huile-de-palme-chez-macron.html


Pour lire cette recette en français: https://tmblr.co/ZprwNe2fQGd16

Yaourt-hier Yaourt d’aujourd’hui

Garanti sans gélatine ( = os + peau de bovin + peau de porc)
C’est bien, boycotter = ne plus s’empoisonner

image

Plus les ingrédients sont de qualité, plus ce sera bon au goût et pour la santé.


Bien mélanger un yaourt et 1l de lait entier (vache ou brebis, perso j’aime pas chèvre mais c’est possible aussi). Vous pouvez ajouter du lait en poudre si vous aimez le yaourt ferme.

Verser le mélange dans les pots.

Mettre les pots dans le yaourtière.

Régler la durée sur 10h.

Appuyer sur le bouton.

Attendre 10h puis disposer les yaourts au frigo au moins 4h.

C’est prêt, vous pouvez le manger nature ou ajouter des fruits coupés (myrtilles, framboises, fraises, banane, poire, etc.), ou de la confiture ou du sucre ou/et du biscuit émietté ou des céréales.

(Mélanger deux yaourts avec 1 litre de lait demi-écrémé. Mettez-les dans la yaourtière et réglez la durée pour 12 heures…….)


La nomination au Gouvernement d’Emmanuelle Wargon, ancienne responsable de la communication de Danone, en inquiète certains – L’Obs: https://www.nouvelobs.com/politique/20181017.OBS4061/emmanuelle-wargon-une-lobbyiste-qui-defend-l-huile-de-palme-chez-macron.html


« Quoi comme chèvre ? »
« Des pélardons… Oui, s’il te plait. Deux mercis. »

Ça n’était pas des pélardons,
Ça n’y ressemblait même pas,
La croûte craquetait beaucoup trop,
La couleur était crème
Au lieu du blanc vivant du lait
Et ça coulait beaucoup trop
Et en plus, le goût était fade
Ou peut-être n’était-ce que du pélardon mal préparé ?

Ce fromage vient de l’Antiquité
Son savoir a été préservé de générations en générations,
Dans les Cévennes arborées de châtaigner
Il survit à ceux qui le fabriquent et qui ont réussi à préserver cette culture orale
Les paysans passent, les fromages restent
Il est très particulier
Les copies sont mauvaises

Elle n’avait pas la chance
De Proust
De pouvoir se remémorer
Un souvenir d’enfance
A partir d’un goût
Précieusement conservé par un membre de sa famille

« Oh, quelle chance, je ne savais pas que c’était ton fromage préféré ! »
Quel menteur, d’après ses souvenirs, elle lui avait déjà dit au moins en trois occasions.
Son hôte ne faisait que redemander cette magnifique histoire où sa voisine dans les Cévennes fabriquait les meilleurs pélardons qu’elle n’avait jamais dégustés.
« J’étais enfants, je tirais parfois le lait des chèvres, j’aillais avec elle garder le troupeau. Nous mangions du pissenlit et ramassions des châtaignes. »
Son hôte n’écoutait même pas la fin de l’histoire. Les discussions avaient repris leur cours
Et elle conclut, se parlant à elle-même, « elle avait une cave rustique ; avec des pélardons aux affinages différents ; du mou au dur, du blanc aux tacheté de bleus. »

Il lui redemandait cette histoire comme s’il ne la connaissait pas,
Juste pour la faire avaler un fromage sans goût et sans personnalité.

« Il est très bon », conclut-elle, bien forcée car tout le monde l’avait regardé le manger.
Elle se sentit comme Howard Hughes, joué par Léonardo Di Caprio dans le film « L’Aviateur », à qui on sert un animal avec la tête et une assiette inspirant le dégoût.

D’ailleurs, plus tôt, son hôte avait tenu à couper la tête du chapon devant elle.
Tout ce qu’on pouvait dire, c’est que ça ne volait pas haut, et qu’il avait des intentions. Que voulait-il quand il s’exprimait à travers la nourriture ?
Son hôte n’était autre que Gérard, le nouveau compagnon de sa mère. Et oui ! A Noël, on en rencontre du monde… Il y a aussi des cousins qui apparaissent puis disparaissent à jamais, des disputes qui font qu’on doit réserver une année à l’un et une année à l’autre, des divorces, des gens qui ne trouvent même plus de mots pour désigner leurs liens de parenté (par exemple, je suis le fils de compagnon de sa mère, aucun lien de sang) … Qu’on reverra peut-être, ou pas, les autres années. C’est ça les réunions de famille, on se croirait au pub.

D’ailleurs en parlant du pub, Gérard avait une cuisine ouverte avec des tabourets de bar. Il était perché sur l’un d’entre eux. Il lui expliquait très gentiment le menu. Il devait y avoir 25 plats.
« Tu es sûr qu’on a besoin de tout ça. Je préfèrerais : entrée, plat dessert. »
« Oui, ben moi je le fête comme ça. »
« Viens prendre un verre de punch. »

« Merci. Tu vois, je pense qu’on devrait faire saumon fumé ou foie gras, c’est trop sinon … »

Elle essayait d’éviter de gaspiller.
« Tu sais, je suis allée au marché pour dénicher les meilleurs produits. Je me suis battu pour réserver le chapon. C’est pas facile les courses de Noël. »
« Est-ce que tu as pris de la salade pour digérer tout ça ? »
« Non, pourquoi ? »
« Il y a deux jours, tu m’as demandé d’écrire le menu avec toi et j’avais suggéré juste un entrée, un plat et un dessert et une salade pour accompagner ? »
« Oh, je suis confus, j’ai oublié la salade »

« En gros, tu me demandes mon avis juste pour pouvoir dire que je suis d’accord avec ce que tu fais alors que tu ne m’as même pas écoutée… bonne impression de départ », se dit Joëlle.

La mère de Joëlle fit irruption dans la pièce. :
« J’ai entendu « salade » et regardez ce qui arrive ! » Elle faisait tourner la salade au-dessus de sa tête. Elle y avait pensé.
Bon ce n’est pas tout, mais il y a du boulot….

Gérard prit le chapon et lui coupa la tête. Victorieux, il paradait avec la tête décapitée de l’animal. Il prit ensuite la farce à la châtaigne et l’introduisit dans le bestiau.bIls pelèrent les patates ensembles.
Une fois ce travail qu’il considérait délicat, où il fallait quelqu’un qui sache s’y prendre ; il s’en alla rejoindre les ivrognes sur la terrasse après avoir vociféré des consignes sur la suite des opérations de cuisine puis ensuite les avoir écrites car il pensait que sa mère et Joëlle ne se souviendraient pas de tout.

Ce fut ensuite le tour de l’oncle Robert, qui décida de son propre chef qu’il était le plus qualifié pour ouvrir les huitres. Il était assez jovial et racontait une succession de blagues, pensant que c’était le seul moyen de communication sous la main pour s’adresser à elles. Il finit par parler de son fils. « Vous savez, il vit à New ahha ahha hhahhaha !! »
« Ahhahahh ! du sang ! Il s’est coupé en ouvrant les huîtres !! Vite, j’appelle les pompiers ! »
« Non, non, je vais le conduire !», ajouta le cousin Vladimir.

Après qu’ils soient partis, ma mère alla sur la terrasse pour amener des verres propres.

Un « Quoi » supersonique retentit. « Il a bu TOUTE la bouteille de Vodka » ??
La mère craignant beaucoup plus l’accident de voiture que la coupure pleine de sang. Quand ils rentrèrent trois heures plus tard, elle fut étonnée de les retrouver en vie.

La mère de Jöelle était contente d’être avec sa fille et de pouvoir être entre « filles » dans la cuisine.
Heureusement qu’elle aimait ça, parce qu’elles y restèrent toute la soirée. A peine le temps de faire un bisou aux enfants pour les coucher.
Au moment de passer à table, Joëlle commença à s’assoir comme à son habitude mais Gérard rétorqua, « non, non, non, les femmes, près de la cuisine. Ce sera plus pratique ! » Tatie Odile avait 86 ans mais elle dût quand même se conformer à la règle ; tout comme les enfants… Au moins, cette année ; elle ne passerait pas Noël toute seule. Qui avait été tous seul à Noël cette année. Oncle John n’était pas venu car cela lui revenait trop cher de venir. Mémé à la maison de retraite n’était plus capable d’en sortir. Bien sûr, le drogué n’avait pas intérêt à se pointer ; Joëlle pensait qu’il aurait sûrement une dose de plus et qu’il resterait sur son matelas… pas question de louper une dose. Elle pensait à sa voisine qui célébrait Noël toute seule mais que le reste de la famille avait refusé d’inviter.
Cette année, la famille homosexuelle était acceptée pour la première fois, les deux bébés et les deux mamans.

Ils avaient réussi à éviter de parler politique pour éviter le pugila qui s’en suivait d’habitude. Heureusement qu’on avait partagé sur Whatsapp le dernier Christmas Survival Guide.
C’est juste que le pub familial, n’avait une autorisation à délivrer de l’alcool qu’aux hommes (mineurs y compris) et que l’autre côté de la table donnait sur la terrasse où toutes les bouteilles étaient stockées. Les enfants avaient un buffet dans la pièce à côté.
Un débat sur le compost entre ses cousins avait commencé et elle en profita pour glaner quelques son conseils pour mieux utiliser les siens. Gérard parla par-dessus, il n’y avait visiblement que lui qui avait des choses intéressantes à dires, selon son propre jugement. En tous cas, c’était le seul qui était assez malpoli pour faire profiter à toute la table les blagues débiles auxquelles seul le mari de Joëlle rigolait. Le reste de la table commençait à utiliser leur bras pour les soutenir et avaient hâte que ce soit la fin. Au moins, les enfants à côté s’amusaient.

Très vite, Joëlle ne reconnut plus son mari. Fin bourré, il allait beaucoup plus loin que Gérard dans la misogynie et le racisme. Il avait même fait une « blague » sur elle, la viande, était soi-disant trop cuite, parce que sa femme n’était toujours pas capable d’utiliser un four qui était là depuis 3 ans. Ça ne lui ressemblait vraiment pas. A son habitude Joëlle était douce et calme. Un petit résumé de ce qu’elle avait fait tout la soirée et une petite tape sur la tête sortirent en réflexe défensif. Ça avait calmé un peu son mari, qui continuait ses blagues mais pas sur elle. Par contre, Gérard la regardait avec des yeux luisants. Quelques soient ses intentions, il considérait avoir gagné la première manche.

Joëlle ne le laissa pas gagner la deuxième. Ayant déjà perdu pour la cuisine, elle décida que c’était comme si elle travaillait pour les restos du cœur une soirée. Sauf qu’elle aurait préféré faire ça pour les pauvres plutôt que pour Gérard et sa mère qui passait un « tellement bon moment avec elle dans la cuisine ». Cuisiner pour des poivrots… qu’on ne voit qu’un an sur deux.

Au moins, les restes gargantuesques, son mari les emmèneraient le lendemain à la banque alimentaire.

Le lendemain, Noël, les cadeaux !
Joëlle et son mari regardaient les enfants ouvrir les cadeaux. Quelle bonne idée d’être juste en famille nucléaire pour une fois. On pouvait leur lire des livres, commencer à jouer à certains jeux.

« Ding Dong »
« Fallait pas rêver, ta mère veut voir sa fille et ses petits-enfants. Peut-être qu’elle apprendra mon nom un jour. Elle en aura besoin pour l’écrire sur ma tombe après m’avoir assassiné… »

« Les, enfants, venez, Mami Ceselha arrive ! » Joëlle était encore en pyjama.
« Bonjour ma chérie, je ne dérange pas… »
« Pas du tout Maman », mentit Joëlle, « oh ! bonjour Gérard »
« Bonjour. »
« Tu sais pas ma chérie, je jeune Kévin, après que vous soyez partis, on était tous couchés, il a fait un pari avec Jean-Pierre. Ils ont fait un concours à celui qui monterait le plus dans l’arbre. Le père de Kévin l’a aidé, du coup ils sont montés trop haut et ils ont fini aux urgences lui aussi et c’était plein, ils y ont attendu jusqu’à tard dans la matinée. »
« Ils ont un plâtre jusqu’au-dessus du genou. Un à droite, et l’autre à gauche… Tout cassé le Kévin… »
« Aussi, on n’a pas idée de donner de l’alcool à des mineurs,» conclut Joëlle.
Quelques ouvertures de cadeaux bruyantes et pleine de joie et après quelques explications sur le Père Noël si agile qu’il pourrait faire une tour de contorsionniste au cirque du Soleil, Joëlle retrouva son mari dans la chambre et laissa la génération la plus âgée sympathiser avec les plus jeunes.

« Ils vont s’inviter à déjeuner… »
« Je pense qu’on devrait aller au restaurant. Je te promets, je ne bois plus d’alcool de ma vie. Et puis je pense que Gérard voudra payer la note. On te verra au moins…. Sous une forme très détournée, il te donnera un petit salaire pour hier. »
« Et les autres fois… »
« Les autres fois, on verra ; s’il est là. En tous cas, merci, tu es la seule qui a tenu le cap. Ta mère est aveugle d’amour, moi j’avais trop bu et je me suis laissé entraîner par ce type ; les autres se sont écrasés, ils étaient presque tous aplatit sur la table. Tu es la seule qui tient le cap vers ce qui est bien. »
« Et Gérard, vers ce qui est mal. Comment on va faire pour voir Maman seule ? Tu te souviens, avant qu’il soit en couple avec Maman, qu’il a failli nous convaincre d’acheter une maison à crédit. Il n’arrêtait pas de nous presser, pour qu’on prenne une décision hâtive… sur un achat de maison, c’est grave là ! C’est toi qui l’a présenté à Maman ; mais imagine-toi si au boulot, s’il t’entraîne dans le genre de comportements que tu as eu hier. Tu peux le perdre…  On n’arrivera pas à boucle les fins de moi rien qu’avec mon salaire !»

« Mais si, il suffit de revendre tous les jouets que les enfants ont eu là pour Noël, je veux dire les 90% qui ne les intéressent pas, et de les revendre sur internet. La panoplie de princesse partira en premier. Ça fera plaisir…»

« Alors, ça, tu vois, je ne comprends pas. Ils savent qu’on ne s’en sort pas, même en travaillant à deux. Aide zéro. Ils ne les gardent même pas, ils ne les prennent pas en vacances. Et c’est de la part des quatre grands-parents. Et je ne leur demande rien, c’est pas la question. Et après, ils offrent des choses hors de prix à des gosses qui ne vont même pas y jouer. »

Joëlle travaillait à l’international, et elle avait remarqué que quel que soit la nationalité, les gens allaient vers les fêtes de fin d’année à petits pas et s’en retournaient à vive allure. Quand elle demandait après coup, « comment se sont passé les fêtes ? » la grimace était bien pire que celle qui répondait à « Vas-tu passer les fêtes en famille ? »

Il est vraiment temps que chaque famille reprenne possession des fêtes de fin d’année ;

Sinon, on va tous devenir chèvres…

Aurianne Or 


To read this story in English: https://aurianneor.tumblr.com/post/181461364025/and-theres-goat-cheese

Pélardon – Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Pélardon

Pour Noël, découvrez l’art de survivre aux disputes à table: https://www.huffingtonpost.fr/melissa-bounoua/pour-noel-decouvrez-lart-de-survivre-aux-disputes-a-table_a_23624731/

The Aviator – Lunch scene: https://youtu.be/FRM0G1wfXoM

Super Tomato

A long time ago, my flatmate used to bring these jars of tomato sauce that were so delicious. They came from her Sicilian grand-mother and my flatmate used to say: “I don’t understand why people buy it; it is so easy to make. You just cook the tomatoes in a big pan. You put the hot sauce in a jar and turn it upside down, that’s it.” It took me time to follow the instructions but when I finally did, I was convinced.

You can use any variety of tomatoes but the higher the quality of the ingredients, the better the dish will be for your taste and health. So choose your products well. (from your personal garden or the market,  preferably organic).

You can add whatever you like: rosemary, thyme, pepper, stalk celery, half a carrot, etc.

You can use it on pasta or rice or even use it for another recipe. Enjoy!

Healthy Nutella This has a different taste from the famous Nutella jar but it tastes healthy and most people do like it (except for the Italians…). As far as I am concerned, I prefer this one; I can’t stand the overload of sugar and fat which hides all the other ingredients’ tastes. If you are a sugar tooth, you can use sugar at first and reduce it little by little. The higher the quality of the ingredients, the better the dish will be for your taste and health. So choose your products well. (from your personal garden or the market,  preferably organic). 2 tbs coconut oil (deodorised or not). 4 tbs cashew puree or peanut purée (or 8 tbs if you do not have the hazelnut puree). 4 tbs hazelnut puree (well-mixed). 1 dark chocolate bar – melted. Mix all the ingredients well. Feel free to change this recipe into one of your taste. Here is another which has inspired me: To watch the video: https://www.youtube.com/watch?v=337SUO2-nAY
Sissy Mua – NUTELLA HEALTHY ❤ Protéiné, vegan & fit

Golden chicken

1) The success of this dish depends on the quality of the ingredients (as is the case of many other dishes …). Buy an organic farm chicken (or red label) and good quality vegetables (garden, farm, organic, AMAPs, etc.). If the vegetables are local or seasonal, it’s even better 😉

2) Buy a gold watch to measure cooking times. Oh no, not worth it, everything must be done by eyesight! Preheat the oven to 350 F (180 °C) instead.

3) Take the baking tray from your oven. Wash and cut into pieces the vegetables you have chosen (onions, carrots, peppers, tomatoes, eggplants, potatoes, lemons, olives, etc.). Spread them on the baking tray.

4) Pour a glass of water over the vegetables and a generous drizzle of olive oil over the chicken.

5) Season according to your tastes directly on the chicken: salt, pepper, garlic, herbs of Provence, ginger, curry or others; then put pieces of butter (salted or sweet according to the tastes) on the chicken between the thighs and on the back, wherever it does hold, (see photo at the top right).

6) Bake.

7) Every half hour, turn the chicken upside down and all the vegetables and check that there is enough liquid (to prevent it from burning). The cooking time depends on the size of the chicken and the amount of vegetables. The chickens in the photo have cooked about 2 hours.

8) The chicken is cooked when it says cui-cui; Oh no, when it’s when it’s golden!

To quote a Thai friend: “How do you manage to have a chicken that does not taste … We use chicken to give flavor to our dishes”.

So, do not hesitate to use the carcass and put it in water to cook pasta, for example or to make broth.