Le bâton

 

« Mon aviron plonge dans l’écume. Au lointain, l’île des arts martiaux. Passionnément rien d’autre. »… Il a aussi écrit : « Dès son origine, le Karate est un art martial fait pour l’auto-défense. C’est ainsi que toutes les techniques que cet art martial transmet commencent par la défense, comme dans tous les katas. Cela ne veut pas dire que le pratiquant du Karate n’a pas de capacité offensive. Il l’a suffisamment, mais tout en ayant cette capacité, il procède en premier à la défense. Cependant, ce qui est le plus important est de dépasser ce stade de la pensée de la confrontation avec autrui pour faire, de cette force physique et interne, une leçon pour mieux mener son rapport avec d’autres personnes dans la vie sociale : savoir avant tout être conciliant avec d’autres. Le Kendo en est un bon exemple. C’est un art martial à part entière, mais son objectif n’est pas de combattre autrui, sa pratique sert à chacun pour s’autocontrôler. Tout pratiquant doit graver cela dans son esprit. Le Karate doit être considéré comme la technique qui permet de former la propre personnalité de chacun, pour notamment maîtriser son ego, tout en cultivant le sens de la modestie. Par contre, employer sa force physique dans le but de se montrer plus fort que d’autres ou pour une quelconque lutte est une voie fausse du Karate. D’ailleurs, nombreux sont ceux, parmi les pratiquants du Karate, qui font la démonstration de leur force en cassant des tuiles ou des planches de bois en public. Certes, forger le corps est important, mais il ne faut en aucun cas se comporter pour faire en sorte que la force physique devienne une menace pour autrui. Un tel comportement n’est nullement inscrit dans la voie du Karate. » Maître Keneï Mabuni dans La voie de la main nue.

image

La voie de la main nue : Initiation et karaté-do – Mabuni Ken’ei

image