Ultra-processed food

Les aliments transformés ont historiquement aidé les êtres humains à être en meilleure santé (par exemple, la pasteurisation, la fermentation, les conservateurs naturels, etc.) ). Mais ce n’est pas le cas des aliments ultra-transformés. Il est prouvé qu’ils favorisent le diabète, les cancers, les maladies cardiovasculaires, la dépression, les troubles de l’humeur et l’obésité. Alors pourquoi représentent-ils plus de la moitié du régime alimentaire des Britanniques et des Américains et pourquoi se vendent-ils si bien dans les pays en développement ?

Cet article explique ce point de vue en détail : Comment les aliments ultra-traités ont pris le dessus sur votre panier d’achat – The Guardian : https://www.theguardian.com/food/2020/feb/13/how-ultra-processed-food-took-over-your-shopping-basket-brazil-carlos-monteiro

L’université de Cambridge et l’ONU ont élaboré une classification appelée système Nova pour aider les acheteurs à savoir comment les aliments sont transformés et à faire de meilleurs choix.

Pour en savoir plus sur le système Nova, cliquez ici : La Décennie des Nations unies pour la nutrition, la classification des aliments NOVA et les problèmes liés à l’ultra-traitement – Cambridge University press : https://www.cambridge.org/core/journals/public-health-nutrition/article/un-decade-of-nutrition-the-nova-food-classification-and-the-trouble-with-ultraprocessing/2A9776922A28F8F757BDA32C3266AC2A

Mais ce n’est pas suffisant. Les aliments ultra-transformés ne ressemblent même pas toujours à des aliments, mais leur attrait demeure. Pourquoi ? Ils sont pratiques, moins chers, ils ont des saveurs et des odeurs plus fortes, et ils libèrent un premier goût qui ne dure pas et qui donne envie de goûter à nouveau. De plus, la publicité et la nostalgie due au fait que les gens en ont mangé pendant leur enfance pèsent plus sur la décision que le bien-être futur, même si les gens peuvent se sentir déprimés par la suite parce qu’ils n’ont pas eu la volonté de résister à cette tentation.

Pour plus de détails sur ce mécanisme, lisez ceci. Nous savons que les aliments hautement transformés sont mauvais pour nous. Pourquoi continuons-nous à en manger ? – Global News : https://globalnews.ca/news/5331125/ultra-processed-food-nutrition/

Pour en savoir plus sur la volonté, lisez Willpower by Roy Baumeister, 2011.

Pour avoir une meilleure compréhension du comportement humain, lisez Behave by Robert Sapolsky, 2017.

Alors, comment s’arrêter ?

  • Arrêtez de regarder la publicité et la télévision.
  • Faites vos courses après avoir mangé pour donner à votre cortex préfrontal assez d’énergie pour faire le bon choix.
  • Arrêtez de vous blâmer et de perdre votre confiance en vous car l’industrie alimentaire sait comment vous embrouiller le cerveau (couleurs, sons, télévision, saveurs, emballages, etc.)

Cet article sur le livre Thinking, Fast and Slow du prix Nobel Daniel Kahneman explique comment notre pensée est biaisée et comment elle peut être manipulée par l’industrie – Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Thinking,_Fast_and_Slow

  • Faites vos achats en ligne et prenez votre temps pour lire les étiquettes et obtenir des informations sur Internet. Le choix se fait au moment de l’achat, pas au moment de la consommation.

Ces sites web vous donnent un outil pour en savoir plus sur ce que vous mangez : Open Food Facts : https://fr.openfoodfacts.org/nova et l’application indépendante Yuka : https://yuka.io

  • Soyez patient. Il s’agit d’une dépendance, vous aurez encore plus envie de ces aliments ultra-transformés lorsque vous commencerez à arrêter. Plus tard, vous ne le regretterez pas.
  • Cuisinez, ce n’est pas si difficile si vous choisissez des recettes délicieuses et faciles.
  • N’évitez pas tous les aliments transformés, car le naturel a aussi ses dangers. Évitez uniquement les aliments ultra-traités.

Aliments ultra-transformés, mais que mange-t-on ! ABE-RTS: https://youtu.be/YoemtsZ4Tvc